49- Cartouche et éditorial édition Le Point 49

Les dinosaures gais et le
sur-militantisme gai…
LE POINT
C.P. 172 succ. Rosemont
Montréal, Québec H1X 3B7
Téléphone
514-728-6436
Télécopieur – Fax
514-728-6436
Cellulaire et Urgences
514-926-6436
E-mail – Éditeur
info@gayglobe.us
Web
http://www.gayglobe.us/
lenationalweb
Éditeur édition 49
Roger-Luc Chayer
Bureau USA
(Boston) Andrew Spano
Bureau Europe (Nice – France)
Jean-Marie Pottier
Collaborateurs et Journalistes
Roger-Luc Chayer • Google
Gay Globe TV  • Bamboo.fr
RRSSS • Lisa Leff
Fierté LGB2T • Outgames
Calgary • ccdmd.qc.ca • Les
Panthères Roses • Norman
Walsh et creativecommons.org
rogerbertrand.org
Photo Couverture par:
Google
© 2007
Revue Le Point /
Le Groupe National
Dépôt légal
Bibliothèque nationale du
Québec 2004 562844
Bibliothèque nationale du
Canada
Le contenu de la Revue Le Point est pro-
tégé par la loi sur les droits dʼauteur du
Canada et ne peut être reproduit en tout
ou en partie sans le consentement écrit de
lʼéditeur. Le fait de collaborer ou dʼannon-
cer dans la Revue Le Point ne signifie pas
une orientation sexuelle spécifique. Les
annonceurs et collaborateurs assument
lʼentière responsabilité du matériel fourni
et sʼengagent à dédommager entièrement
la Revue Le Point de tous les frais liés à
un litige les impliquant. En acceptant de
publier dans la Revue Le Point, les annon-
ceurs et collaborateurs acceptent les con-
ditions mentionnées plus haut. Le matériel
publié par la Revue Le Point devient sa
propriété et les auteurs acceptent de céder
leurs droits dʼauteur de façon permanente
mais non exclusive. Le rédacteur en chef
du Point est le seul membre québécois de
lʼInvestigative Reporters and Editors des
États-Unis et membre de lʼAssociation
Canadienne des Journalistes.
Un potentiel
premier
président du
Québec?
(Éditorial par Roger-Luc Chayer)
André Boisclair était le chef du
Parti Québécois qui tente depuis
les années 70 de mener le Québec
vers sa souveraineté et son indé-
pendance du Canada. Réputé pour
ses valeurs démocratiques fonda-
mentales, le PQ était confronté à
un nouveau chef, qui a mené son
parti vers lʼamputation presque
totale de ses élus aux dernières
élections de 2007, devenant pour
la première fois en 30 ans, un parti
tiers, insignifiant et sans pouvoir.
Le Parti Québécois, qui ne sait
vraisemblablement plus comment
endiguer le désastre causé par un
être impersonnel, froid et parfois
accusé dʼêtre un despote en de-
venir, ne parle plus dʼune seule
voix. En effet, comme un troupeau
dʼoutardes en panique, cʼest le
“chacun pour soi” dans les rangs,
il nʼy a plus de porte-parole. Celui
qui devait montrer lʼexemple dʼun
potentiel premier président dʼun
Québec souverain a montré son
véritable visage dans les dernières semaines. Alors que la plupart de ses
députés lui demandaient de démissionner et que les sondages ne lui ac-
cordaient plus que 23% des votes, encore moins que le jour de lʼélection,

André Boisclair sʼaccrochait au pouvoir, refusait dʼécouter ses membres
et députés, attaquait les autres souverainistes comme Gilles Duceppe et
accusait tout le monde, vaches et mouches comprises, de vouloir le détrô-
ner! Mais André Boisclair nʼest pas le Roi du Québec, il nʼest même pas
un notable au sein de son propre parti politique. Voilà qui nous prouve
que sʼil avait été le premier chef dʼÉtat dʼun Québec souverain, notre
nation serait en train de vivre un cruel dilemme actuellement qui aurait
le potentiel de dégénérer en une privation temporaire ou permanente de
la démocratie. Le Québec, dʼaprès son premier président potentiel, serait
peut-être devenu un diktat digne des pays les plus autoritaires actuelle-
ment au monde. Boisclair a pu potentiellement faire perdre lʼaccession à
la souveraineté du Québec par son simple amateurisme et son caractère
dʼenfant gâté pourri qui ne voulait plus lâcher ce que le peuple lui aura
donné de bonne foi pour le tester. André Boisclair devait démissionner
pour prouver au plus vite que la souveraineté est un concept qui nʼap-
partient pas plus à lui quʼà la collectivité qui ne veut plus de lui. Est-ce
que le Parti Québécois serait prêt à être dirigé par une “dame de fer”?