50- Page 24 de la Revue Le Point

Défi lé de la Fierté
Gaie de Montréal:
GGTV diffuseur
offi ciel
Par : Le Point
Les organisateurs du nouveau dé-
filé de la Fierté gaie de Montréal
confiaient en juillet dernier le
mandat exclusif de filmer et de
diffuser le défilé de la Fierté 2007
à Gay Globe TV, dans le cadre
dʼun partenariat visant à offrir une
plus grande visibilité aux deux or-
ganisations.
GGTV devait donc enregistrer et
produire le vidéo officiel en dif-
fusion pour le reste de lʼannée au
www.gayglobe.us sous le titre:
Défilé Fierté Montréal 2007.
Golden Girls:
Sophia stable mais
très malade
Par : Le Point
Photo: Goldengirls.com
Suite à notre nouvelle sur les Gol-
den Girls dans la dernière édition,
nous souhaitions nous informer de
lʼétat de santé dʼEstelle Getty qui
jouait le rôle de Sophia, la même
de Dorothy. Le Point recevait
donc un courriel de son équipe de
soignants à la mi-juillet nous in-
formant quʼEstelle était actuelle-
ment dans un état semi-comateux,
quʼelle dormait 90% de la journée
et quʼelle nʼavait plus souvenir de
son passé. Les soins sont toute-
fois couverts par ses placements
financiers qui la placent à lʼabris
du besoin.
Par: ecranlarge.com, Le Monde Diplomatique, AFP Photo : Palm Beach Post
Moore au secours des gays
Michaël Moore a révélé la nature de son prochain projet. Il s’agira d’un documentaire sur
un mouvement catholique de droite qui lutte contre la cause des homosexuels.
“Je pense que c’est le sujet et le moment idéal pour moi. Les mentalités ont évolué sur bien des
sujets, mais celui-là reste comme une blessure de l’âme qui reste bien diffi cile à soigner.” Plus loin,
il ajoute : “Jamais dans les Évangiles Jésus ne parle d’homosexualité. La droite a cependant décidé
de l’utiliser pour attaquer les homosexuels, alors que le Christ n’a jamais prononcé un mot en leur
défaveur. Ceux qui se conduisent comme cela ne sont pas de vrais Chrétiens.”
Encore sans titre, ce projet semble s’inscrire dans la directe lignée du documentaire Jesus camp.
Espérons que le fi lm de Moore n’en soit pas le bête pendant populiste.
L’homosexualité dans le cinéma français
Cet ouvrage explore le cinéma français sous un angle inédit en France : les représentations de
l’homosexualité et, en particulier, celles, implicites et explicites, que proposent les cinéastes ho-
mosexuels, de Jean Cocteau et Marcel Carné à Patrice Chéreau et François Ozon. Rompant avec
le discours cinéphilique qui considère un auteur sans tenir compte des déterminations sociales et
sexuelles, Alain Brassart montre que la situation dominée et réprimée des cinéastes homosexuels
leur a souvent permis de proposer des représentations critiques des rapports de domination patriar-
cale et masculine, dans une sorte d’empathie avec leurs personnages féminins.
Aujourd’hui pourtant, en même temps que perdure la fi gure désormais sympathique de la «folle»
(Pédale douce, Chouchou), on a vu émerger une « misogynie gay » (Chéreau, Ozon) qui accom-
pagne la fi gure de l’« homme souffrant ». Mais on est encore loin d’une banalisation de cette
préférence sexuelle, malgré les tentatives récentes de la fi ction télévisée. On peut regretter que
l’auteur consacre moins de trente pages aux représentations du lesbianisme, contribuant ainsi à
son invisibilité.
Madrid: refuge pour jeunes latino-américains homosexuels
Exclus et discriminés dès l’adolescence, de nombreux jeunes homosexuels latino-américains trou-
vent refuge à Madrid, où en plus d’un emploi, ils espèrent pouvoir construire leur vie en toute liberté.
«Ici on se sent plus libres, on peut se promener dans la rue main dans la main avec son copain»,
explique à l’AFP Miguel Leclercq, Péruvien de 29 ans. Médecin de formation, Miguel consacre
presque tout son temps à l’intégration des homosexuels latino-américains à Madrid, surtout des
Colombiens et des Équatoriens, mais aussi des Boliviens, des Péruviens ou des Brésiliens.