52- Dossier Mali : Le Point et le CPGQ agissent

Suite à la publication de nombreux messages haineux suggérant l’exécution de tous les homosexuels vivant au Mali par un journal de ce pays, la Revue Le Point est intervenue avec la collaboration du Conseil de Presse Gai du Québec pour dénoncer le média et demander le retrait des propos haineux.
Suite à une demande d’avis du Point, qui siège aussi au Conseil de Presse Gai du Québec, le Con- seil a rendu la décision suivante lors de son assemblée régulière du 25 septembre dernier :
Le Conseil de Presse Gai du Québec, tribunal moral des médias, annonce qu’il a rendu une décision et un avis sur les propos diffusés sur le site Internet du média Maliweb et repris ou publicisés par le serveur Internet Ser- vint.com et Google. Le secrétaire, lors de la réunion du 25 septembre 2007, a déposé un exemplaire d’un article du journal Maliweb titré : « Coup de pied : une soirée d’homosexuels violemment réprimandée » incluant une série de répliques de lecteurs qui contiennent des propos d’une violence inusitée.
Le Conseil a lu l’ensemble du dossier de même que les règles d’utilisation du serveur Internet Servint.com et du moteur de référencement Google. Le Conseil souhaite donner son avis sur les questions soulevées par la publication de tels messages suite à un article d’apparence légitime.
Quant à l’article, le journaliste de Maliweb pouvait émettre une opinion en toute liberté. Le journal Maliweb n’avait pas à censurer l’article en question. Toutefois, le contenu des messages publiés sur le babillard suivant l’article, sur le site Web du journal Maliweb, va à l’encontre des lois internationales et des protections garanties qui interdisent la discrimination, la violence et la diffusion de propos qui incitent à la haine et la violence contre la minorité homosexuelle. Il est clair et évident aux yeux du Conseil que le contenu de ces messages de lecteurs est une incitation grave à la violence contre les homosexuels et pourrait inciter des internautes de plusieurs pays autres que le Mali à se laisser aller à l’endroit d’une minorité pourtant protégée. Le journal avait la respon- sabilité de ne pas permettre la diffusion de tels propos et a engagé sa responsabilité morale et légale face à la communauté homosexuelle.
Dans la chaîne de diffusion, le serveur Internet qui permet la publication et la diffusion en ligne de ces propos engage lui aussi sa responsabilité légale et morale puisqu’il est basé aux Etats-Unis et que ce pays applique de nombreuses lois qui protègent la communauté homosexuelle de tels propos ou attaques sur leur personne. Le moteur de nouvelles Google, qui a pourtant une charte reconnue interdisant la discrimination et la violence contre les minorités, a aussi engagé sa responsabilité quant à la diffusion de ces propos dérogatoires sur son fil de presse international.
DÉCISION : Le Conseil est d’avis que les propos sont inacceptables, haineux et qu’ils incitent à la haine et à la violence meurtrière contre les homosexuels. Le Conseil constate que le Mali est un pays membre de l’Organisation mondiale des Nations Unies qui reconnaît la protection des minorités dont les homosexuels.
Le Conseil constate que le Mali reçoit une aide financière internationale importante et qu’à ce titre, il devrait appliquer les règles élémentaires de droit de l’homme. Le Conseil décide donc à l’unanimité de condamner Maliweb et de blâmer sévèrement le média pour avoir incité et pour permettre la violence et la haine contre les homosexuels.
Le Conseil blâme aussi le serveur Internet Servint.com et le fil de presse Google.com pour laxisme contribuant à la diffusion de propos meurtriers et répréhensibles aux Etats-Unis qui est leur pays d’opérations commerciales.
Consultez le site du Conseil de Presse Gai du Québec au : www.gayglobe.us/cpgq