70- Du 3 au 5 septembre 2010 La Fête Arc-en-Ciel de Québec, pas que pour nous les gais…

Par Roger-Luc Chayer
Photos: Fibcool

La Fête Arc-en-Ciel de Québec est l’événement officiel quant aux célébrations de la diversité sexuelle dans la Capitale et au niveau national puisque l’événement rayonne dans toutes les régions du Québec.

Il permet non seulement d’avoir un accès direct à de nombreuses organisations communautaires qui seront sur place pour informer, conseiller et parfois venir en aide aux personnes qui le voudraient mais il contribue aussi, à sa façon, à démystifier la réalité gaie en donnant par le visuel et le concret, un visage à cette réalité parfois méconnue même de nos jours.

Certains se questionnent par contre sur la nécessité aujourd’hui de tels événements. La questions est un peu tordue car s’il fallait se demander si le Festival Juste pour Rire de Montréal, le Festival de folklore de Drummondville ou encore le Grand Rire Bleu de Québec étaient encore nécessaires de nos jours, on passerait probablement à côté de la vraie question. Est-ce que ces événements procurent des retombées économiques réelles et est-ce que ces rassemblements contribuent à améliorer à long terme la perception de la société envers les gais et lesbiennes? Sur le premier point, il est indéniable que l’apport économique engendré par de tels événements est réel, les commanditaires ne reviendraient pas à chaque année si cela n’avait aucun impact. Quant à l’amélioration souhaitée de l’image globale des gais et lesbiennes, il est clair que le cheminement ne se fait pas à un rythme très rapide et qu’en l’absence de campagnes gouvernementales sur la question, ces événements correspondent à une sorte de mission participative qui est actuellement nécessaire.

Plusieurs au sein de la communauté gaie pensent toutefois que l’aspect “revendication” laissera ultimement sa place dans un futur rapproché vu l’égalité des droits acquis au Québec pour les gais et lesbiennes et l’accès facile à ces droits. Plusieurs pensent aussi que ces célébrations ne devraient exister justement que pour célébrer l’ouverture, la diversité, la mondialité. Pour le moment, le temps est venu pour Québec de célébrer main dans la main, au son de la musique et des spectacles et surtout, de profiter de l’occasion pour réaliser que nous vivons dans une sacré belle société tolérante et que nous devons aussi remercier ceux qui supportent les gais pour leur amitié.