Accroissement du syndrôme métabolique

Dallas — Lʼexposition à la fumée de cigarette accroît le risque
du syndrome métabolique chez les adolescents. Il sʼagit dʼun trou-
ble associé à lʼaccumulation excessive de graisse à la taille, qui fait
grimper les risques de maladie coronarienne, dʼaccident vasculaire
cérébral et de diabète, indique une étude. Les chercheurs affirment
quʼil sʼagit de la première étude à établir une telle relation chez les
adolescents.
Ces résultats signifient que «nous ne pouvons renoncer à protéger nos
enfants de la fumée secondaire et de la consommation de tabac», com-
mente le chercheur principal, le Dr Michaël Weitzman, de Rochester,
dans lʼÉtat de New York.
Pour les fins de lʼétude, le syndrome métabolique a été défini comme
comportant au moins trois des caractéristiques suivantes : un tour de
taille important, une hypertension artérielle, des niveaux élevés de gras
sanguins appelés triglycérides, de faibles taux de bon cholestérol et des
indices dʼinsulinorésistance, un état où lʼorganisme est incapable dʼutili-
ser efficacement lʼinsuline.
Lʼétude, parue hier dans le journal en ligne Circulation de lʼAme-
rican Heart Association, révèle que 6 % des adolescents de 12 à 19 ans
étaient atteints du syndrome métabolique et que la prévalence augmen-
tait avec lʼexposition à la fumée de tabac.
Un pour cent des personnes non exposées à la fumée ont développé le
syndrome; par comparaison, 5 % des personnes exposées à la fumée
secondaire, ou fumeurs passifs, en souffraient, et 9 % des fumeurs actifs
en étaient atteints.
Chez les adolescents qui souffraient dʼobésité ou présentaient le risque
de devenir obèses, lʼeffet de la fumée était encore plus marqué : 6 % des
jeunes non exposés à la fumée ont développé le syndrome, tandis que
20 % des jeunes exposés à la fumée secondaire et 24 % des fumeurs
actifs lʼont eu.
Les chercheurs ont mené leurs travaux auprès de 2273 adolescents. Le
nombre dʼadolescents souffrant dʼun excès de poids a triplé aux États-
Unis au cours des 20 dernières années.