AlternʼArt et Fête Arc-en-Ciel

Lors de  lʼassemblée générale annuelle dʼAlternʼArt de Québec qui sʼest
tenue le 2 novembre dernier, il a été convenu de récidiver avec le Festival
AlternʼArt de Québec et la Fête Arc-En-Ciel. Les deux expériences ayant
été concluantes tant pour les organisateurs que pour les participantes la
décision a été prise à lʼunanimité.
Lors de la présentation des états financiers pour les deux événements
aucun déficit nʼa été  enregistré, toutes les sommes dues ont été payées
et les engagements totalement respectés. Cʼest donc avec confiance et
enthousiasme que les différents comités seront crées pour préparer les
éditions de lʼannée 2006.
Les dates ont déjà été arrêtées. Du 1er au 28 mais le Festival AlternʼArt de
Québec reviendra avec plusieurs nouveautés tandis que la Fête Arc-En-
Ciel suivra les 2 et 3 septembre 2006. Ces deux événements majeurs de
la communauté altersexuelle de Québec se positionnent avantageusement
par leurs qualités intrinsèques ainsi que par le support que les différents
organismes, institutions et gens dʼaffaires leur accordent. La programmation
de ces deux événements sera connue au cours des prochaines semaines
dans le cas du Festival AlternʼArt de Québec et au printemps pour ce qui
est de la Fête Arc-En-Ciel. Cʼest à suivre.
Abou Dhabi: Mariage collectif dʼhomosexuels
Vingt-six homosexuels, en majorité des ressortissants des Emirats arabes
unis, ont été arrêtés dimanche lors dʼun «mariage collectif» quʼils avaient
organisé dans un hôtel, près dʼAbou Dhabi.
La police des Emirats arabes unis a annoncé mardi des mesures disci-
plinaires contre un officier qui a publié des photos prises lors dʼun raid
contre un hôtel où un groupe dʼhomosexuels avait organisé un mariage
collectif.  «Lʼofficier a pris à lʼaide de son portable des photos des jeunes
gens lors de leur arrestation, et a distribué les photos», a déclaré à lʼAFP
le lieutenant-colonel Najem Abdallah Sayar al-Houssani de la police
dʼAbou Dhabi. «Cʼest une infraction au respect de la vie privée des per-
sonnes impliquées dans lʼaffaire, et cela est contraire au comportement
correct de la police. Il fait lʼobjet dʼune enquête et risque lʼexpulsion de
la police», a-t-il dit. Vingt-six homosexuels, en majorité des ressortissants
des Emirats arabes unis, ont été arrêtés dimanche lors dʼun «mariage col-
lectif» quʼils avaient organisé dans un hôtel, près dʼAbou Dhabi.
Les prévenus encourent des peines allant jusquʼà 5 ans de prison
ainsi que des coups de fouet, en vertu du code pénal local inspiré de
la chariâ (loi islamique), mais selon le lieutenant-colonel al-Houssani,
certains ont depuis été libérés.  «Sʼils sont inculpés dʼhomosexualité, ils
seront déférés devant un tribunal qui décidera dʼun traitement médical
et psychologique adéquat», avait indiqué dimanche un responsable de
la sécurité, évoquant «un traitement aux hormones». Washington, par la
voix du porte-parole du département dʼEtat, Sean McCormack, a dénoncé
lundi la décision des Emirats arabes unis dʼimposer des traitements médi-
caux aux homosexuels arrêtés, appelant «le gouvernement à interrompre
immédiatement tout traitement hormonal ou psychologique qui aurait été
ordonné et à respecter les normes légales internationales».