Ça bouge, ça brasse…

La Fondation Pride annonce le don dʼune table de
hockey sur air à lʼAssociation Sportive et
Communautaire Centre-Sud
La Fondation Pride, présidée par François-Robert Lemire, annonçait fin
novembre quʼelle venait de donner, grâce à des levées de fonds spéci-
fiques, une superbe table de hockey sur air à lʼAssociation Sportive du
Centre-Sud qui sʼoccupe de la qualité de vie des jeunes et moins jeunes
qui habitent dans le Village gai de Montréal. À en voir la «bette» des en-
fants présents lors de la remise de lʼappareil, il ne faut pas avoir la tête à
Papineau pour comprendre que des tournois sont en préparation!
Stephen Harper affirme que le Parlement
voterait à nouveau sur le mariage gai
Le chef conservateur Stephen Harper a lancé sa campagne en sʼattaquant
directement à la délicate question du mariage gai. M. Harper a réouvert
ce dossier politiquement miné en sʼengageant à rétablir la définition du
mariage – dans la mesure où le Parlement soutient cette proposition lors
dʼun vote libre. «Ce sera un vrai vote libre lorsque je serai premier minis-
tre», a dit M. Harper. «Je nʼimposerai pas de consigne à notre conseil des
ministres», a-t-il ajouté en faisant référence au procédé qui a forcé, lʼété
dernier, les ministres de Paul Martin à soutenir un projet de loi légalisant
les mariages entre conjoints de même sexe.
La plupart des juristes conviennent quʼil sera difficile pour M. Harper
dʼinverser le cours des choses concernant le mariage gai. Pour y parvenir,
il devrait contourner des décisions de tribunaux autorisant le mariage
gai, ainsi quʼun avis rendu par la Cour suprême du Canada. M. Harper
a affirmé quʼil considérerait le dossier clos si les députés ne sont pas fa-
vorables au dépôt dʼune nouvelle législation pour revenir à la définition
du mariage comme lʼunion dʼun homme et dʼune femme. Peu importe
la suite, il a promis quʼil protégerait les 3000 mariages qui ont déjà été
célébrés au Canada mais il nʼa pas précisé comment il procéderait pour
le faire. «Cʼest lʼengagement que nous avons pris et il nʼa pas changé»,
a dit M. Harper dans la hall à lʼextérieur de la Chambre des communes.
M. Stephen Harper, chef du Parti Conservateur
du Canada
Il a abordé cette question épineuse après que son entourage ait mis fin
aux questions des journalistes, même sʼil a par la suite affirmé quʼil avait
parlé de ce sujet parce quʼil sʼétait senti obligé de répondre. Il a aussi
évité les questions à propos des constitutionnalistes qui affirment quʼil
serait impossible de rétablir la définition traditionnelle du mariage ainsi
que sur son éventuel recours à la clause nonobstant pour y parvenir. «Di-
vers spécialistes ont différents points de vue et il revient évidemment au
Parlement dʼen débattre», a-t-il affirmé sur les ondes de CTV.
M. Harper a affirmé quʼil croyait que les conjoints de même sexe devai-
ent être reconnus grâce à des unions civiles qui préservent leurs droits
économiques mais qui ne contreviennent pas à la définition traditionnelle
du mariage. En 2004, la position des conservateurs contre la mariage
gai a fait perdre au parti de précieux appuis dans les secteurs urbains
de lʼOntario ainsi que chez les jeunes. Cette opposition a aussi permis
aux libéraux de présenter M. Harper comme une sorte de représentant de
lʼextrême-droite prêt à brader la Charte des droits et libertés. Ils nʼont pas
perdu de temps à réutiliser ces munitions, mardi. En mai, le changement
dʼallégeance de Mme Stronach a permis les libéraux à se maintenir au
pouvoir. «Comment une catégorie de citoyens peut-elle être plus égale
quʼune autre? a-t-elle demandé. Honnêtement, je pense que les électeurs
sont passés à autre chose et que cette question ne les intéresse plus. Le
Parlement a déjà réglé cette question.»