Canada contre Vatican: réactions

À la suite de la publication de notre dossier portant sur les
contradictions entre le discours du Vatican et le comportement
de ses prêtres criminalisés, dans notre dernière édition, de nom-
breuses réactions de lecteurs ont été reçues à la rédaction et
nous tenterons dans cette page dʼy répondre le mieux possible.
Pourquoi être si sévère avec lʼÉglise catholique et ne pas parler des
abus des autres religions?
Le Point: Parce quʼil faut être complètement aveugle pour ne pas avoir
compris quʼau Québec, en 2005, dès quʼil est question de commenter les
fondements de la religion juive ou les comportements des musulmans,
on se fait traiter de raciste automatiquement. Dès quʼun député ou un
juge questionne la morale dʼun haïtien qui invoque le vaudouisme pour
se défendre dʼaccusations criminelles, il est systématiquement accusé
dʼêtre raciste.
Pas facile dans ce contexte social de parler des exactions commises au
nom de Mahomet ou de manifester son désaccord avec certaines tolé-
rances sexuelles des bouddhistes sans que les adeptes de ces religions ne
prennent rien en compte du propos publié pour simplement sʼattaquer au
geste de publication considéré comme raciste nonobstant quoi que ce soit
dʼautre. Il sʼagit manifestement dʼune injustice qui nuit globalement
à la liberté de presse en général mais qui vient aussi nous empêcher
dʼexercer le rôle de «chien de garde» souvent invoqué par les journa-
listes pour oeuvrer dans le domaine de lʼenquête. Devant des difficultés
trop souvent observées au Québec, il a été décidé de ne pas entrer dans le
débat des abus sexuels des autres religions parce que nous considérons
que la Loi ne nous protège pas assez, voilà tout!
Dʼoù tirez-vous les dossiers criminels des prêtres pour votre article?
Le Point: facile, après le mot sexe dans les moteurs de recherche comme
Google ou yahoo, les mots prêtres criminels sont presque les plus po-
pulaires. Sur Google en anglais, avec les mots «criminal priests» nous
avions 612,000 références alors que dans la version française, 22,800
références sur le sujet. Cette partie de notre travail a été malheureuse-
ment très facile.
Est-ce que des lecteurs se sont avancés pour faire connaître leurs
intentions de porter plainte contre lʼÉglise catholique pour propos
haineux contre les homosexuels?
Le Point: Oui, un seul nous a contacté pour nous dire quʼil connaissait
quelquʼun qui avait lʼintention de le faire mais est-ce quʼil le fera. Nous
profitons de lʼoccasion pour mentionner à nouveau que si un lecteur
souhaite porter une telle plainte, nous aimerions le savoir afin de suivre
le dossier de près. Nʼhésitez pas à communiquer avec la rédaction pour
nous transmettre une telle nouvelle.
Quelles ont été les principales réactions suite à ce dossier de la part
de vos lecteurs?
Le Point: Elles ont été très variées mais toujours logiques et formu-
lées au Point avec intelligence et respect. La majorité des réactions
questionnaient lʼimage donnée de lʼéglise et ces lecteurs souhaitaient
rappeler que lʼéglise était aussi à lʼorigine de bonnes choses. Nous
sommes évidemment tout à fait en accord avec ces affirmations, le sujet
de lʼarticle portait spécifiquement sur un sujet et non sur lʼensemble des
faits et gestes de lʼéglise. Dʼautres voulaient exprimer leur dégoût face
aux comportements criminels et pédophiles de certains prêtres et avaient
des expériences à partager alors que certains, dont un prêtre, nous ont
contacté pour nous féliciter du courage démontré dans le traitement
dʼun dossier très sensible. Voilà essentiellement les réactions à ce jour.