Consommation à gogo

Image

Roger-Luc Chayer

LA SAQ NE REMBOURSE PLUS AUSSI FACILEMENT QU’AVANT!

Par: Gay Globe – Les Québécois qui consomment des produits de la Société des Alcools du Québec (SAQ) savent que le retour de bouteilles, qu’elles soient déjà ouvertes pour cause de défectuosité ou non ouvertes, est habituellement un processus sans tracas. Cela était largement dû au fait que la SAQ est une société d’État détenant le monopole sur la vente d’alcool au Québec. Cependant, la semaine dernière, un client a fait l’erreur d’acheter deux bouteilles d’un Montepulciano rouge qu’on annonçait en spécial à 9,95 $, mais le montant facturé sur sa carte de crédit était de 24 $ par bouteille. Il n’a réalisé cette erreur qu’une fois chez lui en examinant son relevé de transactions.

Sans grande inquiétude, il s’est rendu le lendemain à la succursale Angus de la SAQ à Montréal pour demander le remboursement des deux bouteilles, car il ne souhaitait pas les payer à un prix aussi élevé. C’est alors qu’on lui a informé que le remboursement n’était possible que s’il présentait son reçu de transaction. Le client, un consommateur régulier des produits de la SAQ, n’avait jamais pris l’habitude de conserver ses reçus de caisse, puisque le retour de bouteilles se faisait habituellement sans tracas, étant donné le monopole de la SAQ sur les ventes d’alcool au Québec.

Le gérant de la succursale a été contraint de passer en revue toutes les transactions de la SAQ, jour après jour, pour retrouver la transaction du client et finalement lui rembourser. Il semblerait que la SAQ ait modifié ses règles concernant les retours de produits, ce qui incite à recommander fortement de conserver systématiquement les reçus de caisse provenant de leurs achats, au cas où des problèmes surviendraient.

Cela marque un changement significatif dans les pratiques habituelles des consommateurs de la SAQ, qui ont toujours pu compter sur une plus grande flexibilité lorsqu’il s’agissait de retours de produits.

LA VILLE DE MONTRÉAL FAIT PAYER LES VICTIMES!

Par: Gay Globe – Nulle part ailleurs il n’est possible de faire payer les victimes d’actes criminels ou les personnes qui font appel à la police pour obtenir une copie des rapports les concernant. Cependant, Montréal maintient cette pratique, en toute impunité, depuis des décennies. Quand vous faites appel à la police et qu’un rapport est rédigé, ils vous remettent une carte avec le numéro d’événement en vous disant de faire une demande de rapport auprès du SPVM. Cependant, le SPVM vous facturera pour ces demandes: Rapport d’événement: 17,25$, Carte d’appel d’un appel fait au 911: 0,42$ la page, Enregistrement audio: 17,25$, Copie de documents administratifs: 0,42$ la page. Le plus troublant dans cela est que même les victimes d’actes criminels se voient facturer pour obtenir des documents d’un service qui est pourtant public. Nous vous encourageons à conserver vos factures et à adresser vos préoccupations à vos élus locaux pour obtenir des réponses à cette pratique.

Loyers: des demandes de dépôts illégaux!

Par: Gay Globe – Savez-vous qu’au Québec, tout dépôt exigé par un propriétaire est illégal? Cependant, il existe un dilemme: le propriétaire peut arbitrairement refuser de vous louer un logement si vous refusez de payer ce dépôt, et il peut être difficile de prouver que ce refus est lié au dépôt, ce qui constitue un fardeau presque impossible à surmonter. Le Tribunal Administratif du Logement du Québec (TAL) recommande une manière de contourner ces demandes illégales de dépôts pour le loyer, les clés ou les électroménagers. Vous pouvez effectuer le dépôt, puis demander simplement son remboursement au TAL en déposant une requête, dont les frais vous seront automatiquement remboursés. En général, les propriétaires règlent la question avant l’audition pour éviter d’avoir des jugements à leur encontre.