Débat sur l’homosexualité de Bob l’Éponge

Il y a quelques semaines, l’émission C à vous, sur France 5, profitait de la fête d’anniversaire du personnage Bob l’éponge pour poser aux personnalités invitées une question vitale: saviez-vous que Bob l’éponge est gay?

Mardi 15 décembre, l’émission est revenue sur cette fausse polémique. Jérémy Michalak, le chroniqueur qui avait lancé le sujet, s’est en effet fait tirer les oreilles par Nickelodeon, à qui appartient la marque Bob l’éponge. La société considère que Bob l’éponge est un personnage asexué par nature, puisque c’est une éponge et qu’il est “inacceptable” de lui prêter une sexualité, d’autant que les programmes Nickelodeon s’adressent par essence aux enfants (qui ne connaissent rien à la sexualité).

“Bob l’éponge est une icône pour la jeunesse et pour beaucoup de communautés différentes. Ce propos journalistique, dont la genèse provient d’une polémique lancée aux États-Unis par des groupuscules évangélistes, porte atteinte aux valeurs fondamentales attachées à la marque.”

Si l’on peut comprendre que Nickelodeon en ait assez de se battre contre les tentatives de diffamation des groupuscules évangélistes mentionnés (Tinky Winky, Teletubbies, a eu les mêmes problèmes), on peut toutefois se demander, à l’instar de Jérémy Michalak, quelles sont les valeurs d’une marque qui s’offusque que l’on puisse envisager qu’un de ses personnages soit homosexuel.

“Ce n’est pas grave d’être homosexuel,” souligne Jérémy Michalak. Ce en quoi il a totalement raison.

Sport et homosexualité
Par : Marianne2

Pour Philippe Bilger, le fait que qu’on puisse s’affirmer homosexuel dans les milieux qui encensent le plus la virilité et la force est un signe des temps qui changent. Et c’est heureux.

Il y a parfois des envies de billet comme un suspens, une halte entre deux intensités, entre des dénonciations et des aigreurs. On est saisi à l’approche d’une nouvelle année par un désir de paix, une bonté qui viendrait faire consensus. C’est Le Parisien qui nous a annoncé que Gareth Thomas, âgé de 35 ans, «légende du rugby gallois», a dévoilé son homosexualité dans un entretien.

Il est le premier rugbyman de cette stature à adopter une telle démarche de vérité alors qu’en tennis, Martina Navratilova et Amélie Mauresmo l’avaient déjà mise en œuvre, de même que le plongeur Greg Louganis. Gareth Thomas, de manière très émouvante, a souligné comme longtemps il avait été contraint de pratiquer « un double jeu », se sentant obligé d’être encore plus « macho» que les autres sur le terrain.