En parlant de « mariage gay » ou « mariage homosexuel », le PS se trompe

Nouvel Observateur

LE PLUS. La prochaine gaypride célébrera-t-elle l’ouverture du mariage aux homosexuels ? La ministre déléguée à la Famille vient de le réaffirmer sur Europe 1 : « une loi devrait être votée au premier semestre 2013 ». Le militant homosexuel Jérôme Pasanau se réjouit de la nouvelle dans le fond, mais regrette des erreurs de langage.

Édité par Rozenn Le Carboulec   Auteur parrainé par Aude Baron

mariage homosexuel

Le mariage pour tous bientôt autorisé en France ? (GROPP/SIPA)

 

C’est un engagement – le numéro 31 – que François Hollande avait promis de tenir lors de la dernière campagne présidentielle : « J’ouvrirai le droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels ». Cette promesse est en passe de devenir réalité. Homosexualités et Socialisme (HES) a, de son côté, détaillé cette proposition et poursuit la réflexion sur son site.

 

L’engagement 31 sera donc tenu. C’est ce que ne cesse de déclarer la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti. Après l’annonce faite le 5 juillet dernier par la ministre de la Justice, Christine Taubira, de déposer un premier projet de loi sur la question du mariage et de l’adoption pour tous à la rentrée, le calendrier semble de plus en plus se préciser.

 

 

Je préfère parler de « mariage pour tous »

 

Interrogée le mercredi 2 juillet sur l’antenne d’Europe 1, la ministre déléguée à la Famille annonce une nouvelle fois que le texte de loi « devrait être voté dans le 1er semestre 2013″, et ce malgré les réactions de plus en plus virulentes contre cette proposition. Nous ne sommes ici qu’au début du débat et des hostilités. Les forces anti-mariage pour tous ont déjà commencé à se rassembler et à affuter leurs armes.

 
Le calendrier du mariage gay se précise par Europe1.fr

 

Ainsi, Dominique Bertinotti a déjà subi les foudres des membres de l’UNAF et doit s’attendre à une opposition féroce. Du PCD de Christine Boutin (Cf la vidéo lors du débat du PACS), en passant par les membres de la Droite Populaire/UMP, Civitas, ou encore le FN de Marine Le Pen, le débat promet d’être animé…

 

Sur la question du mariage et de l’adoption, je me rends compte que les socialistes – et ici Dominique Bertinotti – ont encore quelques progrès à faire pour maîtriser le sujet. Simple erreur de langage ou de communication peut-être. Mais parler de « mariage gay » ou de « mariage homosexuel » est pour moi erroné. Cela peut sans doute paraître anecdotique à vos yeux, mais je préfère les termes de « mariage pour tous », « d’égalité des droits » ou de « mariage entre personnes de même sexe ». La finalité est moins communautariste, moins discriminante.

 

Je me fiche de me marier ou pas, mais je veux en avoir le droit


Gilles Wullus – rédacteur en chef de « Têtu » – avait justement fait une très bonne tribune sur la question dans « Libération« . Qu’attendons-nous en fait en tant qu’homos ? Simplement être comme tout le monde, avoir les mêmes droits et ne plus être discriminés. J’ai envie d’avoir le droit de me marier comme tout le monde, comme d’avoir le droit de ne pas le faire. Même chose pour l’adoption. Je veux simplement avoir le choix. En tant qu’homo, je me fiche en réalité de me marier ou pas, d’adopter ou pas. La question n’est ici que secondaire. Ce qui m’importe au final, c’est de ne plus avoir ce sentiment d’être un citoyen de seconde zone du fait de ma sexualité. J’aspire aux mêmes droits que tout le monde. J’ai les mêmes devoirs, alors pourquoi pas les mêmes droits ?

 

Là-dessus, je suis à 200% d’accord avec les propos de la ministre tenus ce matin sur Europe 1 : « Des gens veulent vivres en union libre, d’autres veulent se pacser, d’autres veulent se marier, il faut que tous les citoyens puissent avoir les mêmes libertés de choix et les mêmes droits. »

 

63% des Français se prononcent en faveur du mariage pour tous et 56% pour l’adoption par des couples de même sexe. Un signe que les mentalités sont prêtes à changer. Seuls quelques groupes conservateurs ne semblent pas décidés à évoluer sur la question. Le gouvernement l’a bien compris. Et il fera tout pour passer cette mesure coûte que coûte. Le débat s’annonce difficile, agité, compliqué… Mais au final, la société en sortira encore plus grandie.

http://www.gayglobe.us