Entrevue avec le défunt abbé Raymond Gravel qui raconte son aventure comme collaborateur à la Revue Le Point / Gay Globe Magazine.

Image

Écouter et voir l’entrevue ici

Gay Globe

L’abbé Raymond Gravel était un prêtre catholique, militant des droits LGBTQ+, et ancien député canadien, né le 4 novembre 1952 à Saint-Damien-de-Brandon, au Québec, et décédé le 11 août 2014 à Joliette, au Québec. Sa vie et son œuvre ont été marquées par son engagement en faveur des personnes marginalisées et sa défense des droits de la communauté LGBTQ+.

Gravel a été ordonné prêtre en 1985 et a rapidement acquis une réputation de prêtre progressiste et engagé. Il a servi dans plusieurs paroisses du Québec, où il s’est fait connaître pour son travail auprès des personnes vivant dans la pauvreté, les personnes atteintes du VIH/SIDA et les personnes marginalisées.

En plus de son ministère pastoral, Gravel s’est impliqué activement dans des causes sociales et politiques. Il était un ardent défenseur des droits des personnes LGBTQ+ et un critique de l’attitude de l’Église catholique envers la sexualité et l’homosexualité. Il a plaidé en faveur de l’inclusion des personnes LGBTQ+ au sein de l’Église et a souvent critiqué les positions conservatrices de l’institution religieuse sur ces questions.

En 2006, Raymond Gravel a été élu député fédéral du Bloc Québécois dans la circonscription de Repentigny. Pendant son mandat, il a continué à défendre ses convictions progressistes, notamment en matière de droits LGBTQ+ et de justice sociale. Il a été un fervent partisan du mariage entre personnes de même sexe et a plaidé en faveur de politiques progressistes sur les questions de santé, d’éducation et de logement.

Après son mandat politique, Gravel est retourné à son ministère pastoral et à ses activités sociales. Il a continué à militer pour les droits LGBTQ+ et à prôner l’inclusion et la compassion au sein de l’Église catholique et de la société en général.

L’abbé Raymond Gravel était une figure inspirante et controversée, dont la vie et le travail ont suscité des débats et des réflexions sur la relation entre la foi, la politique et les droits de l’homme. Son héritage perdure à travers ses écrits, ses discours et son exemple de courage et d’engagement envers la justice sociale et les droits de la personne.