Est-ce que le Maire Gérald Tremblay ferait du St-Guy?

Commentaire

Je ne dois pas être le seul à le remarquer, disons que depuis un certain temps, je vois à la télé le maire de Montréal Gérald Tremblay, se faire aller pas mal la tête et pas dans le sens philosophique du mot. On en parlait déjà aux dernières élections municipales, un journaliste « main stream » avait même osé poser la question au maire à propos d’un léger tremblement de tête continuel et M. Tremblay avait répondu que la campagne était épuisante et que la fatigue expliquait ce petit mouvement.

Or cette semaine, lors de l’annonce des nouveaux plan pour la rénovation de l’échangeur Turcot, à la conférence de presse diffusée en direct par LCN, le maire Tremblay, en écoutant parler un ministre de Québec, souriait à côté et avait un mouvement très important, continu et incessant de la tête au point où il était devenu évident qu’il se passait quelque chose. Un tel mouvement, qui n’est plus de l’ordre du tremblement, peut être causé par certaines maladies comme le Parkinson ou d’autres maladies neurologiques. En passant, ne pas confondre une maladie neurologique avec une maladie psychiatrique, la première concerne les nerfs et la transmission des impulsions nerveuses, la seconde les émotions et la tête.

Bref, ce mouvement est certainement très louche et indicateur d’une condition clairement médicale. Toute personne peut être atteinte d’un trouble de la santé sans que cela ne soit significatif pour ses fonctions ou sa vie quotidienne mais attention, en ce qui me concerne, je considère qu’un politicien qui déclare être en parfaite santé pour se faire élire et qui démontre par la suite certains troubles physiques visibles a peut-être menti aux électeurs.

Qu’est-ce que ça change vous me demanderez? Beaucoup de choses car la vie politique est terrible pour les élus et diriger un gouvernement demande une énergie exceptionnelle, une grande concentration et surtout des aptitudes physiques hors du commun. Un politicien qui serait atteint d’une maladie pouvant altérer éventuellement son jugement se placerait en situation très grave car s’il devait commencer à prendre des décisions néfastes pour le peuple, s’il devait perdre le fil de sa gestion, d’autres prendraient sa place par derrière comme toujours et on risquerait de se retrouver avec des décisions incroyablement négatives pour la ville, prises par des pions non élus qui en feront porter la responsabilité au chef qui n’a plus tous ses moyens. Est-ce que Montréal a besoin de ça?

Il est plus que temps que le maire Tremblay nous parle de la situation, ce mouvement devenu très visible et remarquable a une origine et le peuple a le droit de savoir si le maire est atteint d’un trouble purement physique ou s’il risque de sombrer pendant son mandat. Posons-lui donc la question, avec respect…