Jean-Luc Romero

Jean-Luc Romero, fonctionnaire français qui aime jouer au Président de la République, persiste à mentionner sur son blogue, que je serais devenu le collaborateur bien involontaire de son pire ennemi le député français Christian Vanneste suie à la publication sur le blogue de Vaneste d’un texte contre Romero ou, du moins, qui expliquait publiquement ma théorie sur Jean-Luc Romero.

Or, il faut savoir et c’est là ma propre conclusion sur la base d’observations faites pendant plusieurs années, que Jean-Luc Romero est un fabulateur. Il s’invente des mandats, des vies, des amis et des combats pour se donner une raison d’être, pour pouvoir dire qu’il est quelqu’un et c’est ainsi qu’il obtient de partout, un certain intérêt, quitte à détruire ceux qui se défendent de ses actions, qui ont fait d’ailleurs l’objet de procédures judiciaires en France tant au civil qu’au pénal. Afin d’être le plus précis sur mon intervention d’aujourd’hui, voici comment Jean-Luc Romero annonce le sujet en parlant de moi: « L’éditeur canadien Roger-Luc Chayer est devenu, bien involontairement (?) l’allié de Christian Vanneste puisque ce dernier utilise une précaution éditoriale de la publication québécoise Le Point pour faire valoir ses propres arguments. Roger-Luc Chayer à n’en pas douter, rectifiera ses propos sur le blog du député du Nord. »

Je ne suis pas devenu le collaborateur ou l’allié involontaire de M. Christian Vanneste, voilà pour la première fausse affirmation. Ensuite, M. Vaneste a décidé de publier un texte de la Revue Le Point sur son blogue en respectant la loi sur le droit d’auteur, c’est-à-dire en obtenant mon autorisation au préalable pour publier, ce que j’ai accepté puisque M. Vaneste était lui-même mentionné dans mon texte.

Enfin, Jean-Luc Romero, qui se sert continuellement du nom et de la notoriété des autres pour se construire une raison d’être, ose parler pour moi et déclare qu’à n’en pas douter, je ferai un rectificatif.. Qu’il aille au diable ce Jean-Luc Romero car si il ose parler en mon nom, j’ose répondre en mon propre nom, rien de plus normal.

M. Vanneste n’a violé aucune loi ni règle en publiant un texte qu’il était autorisé à publier. Jean-Luc Romero par contre a fait la même chose, il a copié et coller mon texte sur son blogue, sans mon autorisation, sans m’avoir demandé la permission au préalable et violait ainsi les aspects civils et criminels de la loi sur le droit d’auteur. Non seulement je n’ai rien à rectifier sur le site de M. Vaneste puisque ce qui a été publié vient directement de moi, quel fou de dire une telle chose, en plus, j’ai été obligé d’exiger du serveur de blogue de Jean-Luc Romero, ce grand politicien au poignard bien affuté, que mon texte soit retiré de ce site qui n’avait pas mon autorisation de publication, le site de Romero, ce qui a été fait à son grand désarroi!

Voilà qui répond aux propos faux, mensongers, malicieux, malfondés et malhonnêtes de l’individu Romero, dont la carrière est sur le déclin à force de pedre sa crédsibilité sur de tels dossiers.