La Fierté gaie dans le monde

Plusieurs “marches des fierté” ont été organisées dans les grandes capitales d’Europe. Gay, bi, trans n’ont pas hésité à fustiger leurs gouvernements respectifs, surtout dans les pays à dominante très catholique.

A Rome : “la liberté pour tous”
Sous le soleil de l’après-midi du samedi 13 juin, des dizaines de milliers de personnes se sont rendues à la Gay Pride organisée dans la capitale italienne. Les militants costumés, n’ont pas hésité à critiquer le gouvernement conservateur de Silvio Berlusconi. Ils demandaient “la liberté pour tous”, ainsi que des droits pour les couples de même sexe et la reconnaissance du mariage homosexuel. Plus d’une vingtaine de chars ont paradé dans la ville.

A Zagreb : “Homophobie, repose en paix”
Ils étaient entre cinq et huit cents à manifester dans la capitale croate, lors de la 8e Gay Pride organisée dans le pays, tandis que qu’une cinquantaine de contre-manifestants, probablement d’extrême droite, les injuriaient. Aucune violence physique n’a été rapportée.

A Varsovie : “4O ans d’égalité, 20 ans de liberté”
Environ 1.500 personnes ont défilé dans la capitale polonaise. Néanmoins, ce fut sous la protection de la police car des dizaines de jeunes d’extrême droite se sont montrés agressifs et insultaient le cortège. Certaines des banderoles demandaient notamment une légalisation des unions homosexuelles. Mot d’ordre : “4O ans d’égalité, 20 ans de liberté”. Une allusion au 40ème anniversaire des premiers mouvements homosexuels aux Etats-Unis, et au 20ème anniversaire de la chute du communisme en Pologne et en Europe de l’Est.

Difficultés pour la première Gay Pride chinoise

L’organisation de la première Gay Pride de Chine, cette semaine à Shanghai, est fortement perturbée par les autorités. La projection d’un film et la représentation d’une pièce de théâtre ont fait les frais des interventions officielles, selon le témoignage d’un porte-parole de Shanghai LGBT, recueilli par l’AFP.

La projection du film, qui devait se tenir dans un restaurant a été annulée «à la dernière minute mercredi soir», après l’intervention de responsables du Bureau de l’Industrie et du Commerce municipal, ayant signifié à l’établissement qu’il n’avait aucune autorisation pour projeter des films. Le même scénario s’est déroulé dans un galerie d’art qui devait accueillir une représentation théâtrale du “Projet Laramie”, vendredi soir.