L’ACTUALITÉ VIH/SIDA EN BREF

VIH: l’épidémie continue sa hausse en Europe
(Par: e-sante.fr)

L’Europe serait-elle laxiste face à l’épidémie de VIH/Sida ? C’est ce que suggère le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à ce sujet. Elle est la seule à accuser une hausse des contaminations, alors que tous les continents enregistraient une baisse en 2016. En un an, 57 000 nouvelles infections se sont produites sur le Vieux Continent. Au total, plus d’un million d’habitants vivent avec le VIH. Une estimation qui n’inclut pas la Russie, un pays fortement touché par le virus, mais qui a cessé ses déclarations. Même sans tenir compte de la fédération russe, l’Europe de l’Est reste largement touchée par l’épidémie de VIH. La transmission entre personnes hétérosexuelles est élevée, et l’usage de drogues injectables est responsable d’un tiers des nouvelles infections.

Un mystérieux virus continue de décimer la population aborigène en Australie
(Par: L’Obs)

Il n’existe pour l’heure aucun traitement ni aucune réponse coordonnée de la part des pouvoirs publics. Et pourtant, il y a près de 20 millions de personnes qui souffrent du virus T-lymphotropique humain dans le monde, d’après «The Guardian». «C’est une maladie très grave. Mais nous devons en parler d’une manière qui ne stigmatise pas les gens», explique au quotidien britannique une femme aborigène.

Issue d’une communauté basée en Australie centrale, «B»* a vu sa famille décimée par le HTLV-1. Et cette région du monde présente le plus haut taux de contamination de la maladie mortelle. Le virus T-lymphotropique humain peut se transmettre de plusieurs façons: par voie sexuelle, par transfusion sanguine ou encore de la mère à l’enfant, à travers l’allaitement. Il peut provoquer une forme foudroyante de leucémie dont certains individus peuvent décéder quelques semaines seulement après son diagnostic. Le HTLV-1 est aussi à l’origine de différentes maladies inflammatoires, par exemple, celle de la moelle épinière, qui à terme, mène à une paralysie. La maladie se détecte par une simple analyse sanguine.

VIH : un implant vaginal préventif
(Par: La Dépêche)

Des chercheurs de l’University of Waterloo dévoilent un implant vaginal destiné à immuniser les femmes contre le virus du sida. Ils publient leurs recherches dans le Journal of Controlled Release. Ce nouvel implant, qui cible directement l’appareil génital de la femme, pourrait constituer un outil de prévention efficace et accessible de la transmission du VIH. Testé sur des souris, l’outil a montré son efficacité en diminuant le nombre de cellules clés du système immunitaire (les lymphocytes T) que le VIH peut cibler directement dans le lieu de contamination, indiquant une immunité. «L’implant est composé d’un tube creux et de deux bras flexibles pour le tenir en place. Il dissémine lentement de l’hydroxychloroquine (HCQ), un antipaludique utilisé en rhumatologie, qui est absorbé par les parois du vagin via la matière poreuse du tube», expliquent les auteurs de l’étude.