Le SIDA au Mexique

Aujourd’hui, on estime à 220.000 le nombre de personnes atteintes du virus du Sida au Mexique. Un peu plus de 3.000 d’entre elles sont des mineurs, mais la population la plus touchée est celle des 25-44 ans.

Un accès démocratisé aux traitements antirétroviraux

Entre 2001 et 2006, le gouvernement de Mexico a mis en place une politique d’accès médical universel, qui prend en charge le traitement antirétroviral de toute personne atteinte du virus ne bénéficiant pas de la sécurité sociale. Cet accès au meilleur traitement existant a permis à des milliers de mexicains de reprendre une vie sociale normale.

La Casa de la Sal, une institution unique en son genre

Parmi les initiatives d’aides aux personnes malades, il en est une significative. La Casa de la Sal est une organisation dont la mission est d’apporter un soutien psychologique et matériel aux personnes vivant avec le VIH. Les services proposés comprennent entre autre la création de liens avec les malades lors de séjours à l’hôpital, une clinique psychologique, une aide à l’acquisition de médicaments… La Casa de la Sal a été à l’initiative de la création d’un Symposium International pour Enfants, soutenu par des premières dames. À l’occasion de son séjour au Mexique, Carla Bruni-Sarkozy y a ainsi fait une visite et rencontré des enfants.

Selon Silvia Cortes, coordinatrice des opérations de l’organisation, les obstacles les plus importants actuellement dans la lutte contre le Sida sont la discrimination constante subie par les malades et le manque d’information sur le sujet. Beaucoup de parents d’enfants porteurs du virus ont eux-mêmes de très faibles connaissances, et les explications relatives au diagnostic et au traitement ne sont pas aisées.

C’est pourquoi Silvia Cortes préconise une campagne de prévention ciblée selon les catégories de personnes, leur origine sociale, religieuse, leurs particularités culturelles, etc.

Les priorités du combat

Ce qui ressort du rapport du Censida et des discours politiques du 1er décembre, Journée Mondiale pour la lutte contre le Sida, est qu’il est indispensable de renforcer la stratégie de prévention. Depuis son apparition dans le pays (vers 1981), l’épidémie reste relativement concentrée dans certains groupes ciblés de la population (travailleurs sexuels, hommes homosexuels, usagers de drogues injectées, etc.).

Discours du ministre la Santé

Le ministre de la Santé, José Ángel C. Villalibos, a admis que les dépenses en matière de prévention devaient être augmentées. Il a par ailleurs affirmé l’engagement de son ministère à mettre un terme au sida ‘sans discrimination ni homophobie’, qui freinent les efforts faits en entraînant notamment des retards dans la détection du virus chez les personnes craignant d’affronter le jugement de leurs familles et de la société.

Le Mexique qui s’est engagé à avoir arrêté l’expansion de l’épidémie en 2015, en signant aux côtés de nombreux autres la Déclaration du Millénaire des Nations Unies (A/Res/55/2) doit maintenant faire face à ses responsabilités.

LISEZ GAY GLOBE MAGAZINE SUR LE WEB
WWW.GAYGLOBE.US

WWW.GGLOBETV.COM

WWW.LE-NATIONAL.COM

GGTV encore plus
populaire
Par : GGMAG

Le modèle de média offert par Gay Globe Magazine et TV semble définitivement plaire aux lecteurs et utilisateurs puisque le groupe média vient à nouveau de battre ses records de tous les temps en janvier 2010.

Le moteur de statistiques Alexa, réputé comme le plus précis et efficace sur le web, confirme que GGTV se place au rang de 440,000 environ soit, 3 fois plus populaire que ses principaux compétiteurs.

Par exemple, au Canada, GGTV et Gay Globe Magazine se placent en 13,000è position alors que ses compétiteurs comme Fugues sont dans les 34,000 et 35,000è.

Le succès de la popularité du groupe média s’explique par une stratégie de haute voltige dans la sélection des textes et les émissions exclusives récentes diffusées sur la seule WebTV 100% gaie gratuite canadienne contribuant ainsi au succès du média #1 des gais au Québec.