Le vrai visage du Pape révélé : nous sommes des tapettes ! Et attaque homophobe contre Gay Globe de la part d’un individu de Longueuil!

Image

Roger-Luc Chayer / Reuters (Photo: AP Photo/Andrew Medichini)

Le Vatican a déclaré mardi que le pape François, largement cité pour avoir utilisé un terme très péjoratif pour décrire la communauté LGBT, n’avait pas l’intention d’utiliser un langage homophobe et présente ses excuses à toute personne offensée par cela.

Il est extrêmement rare qu’un pape présente des excuses publiques.

« Le pape n’a jamais eu l’intention d’offenser ou de s’exprimer en termes homophobes, et il présente ses excuses à ceux qui se sont sentis offensés par l’utilisation d’un terme rapporté par d’autres », a déclaré le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, dans un communiqué envoyé par e-mail.

Les médias italiens avaient rapporté lundi que François avait utilisé le terme italien « frociaggine », traduisant approximativement par « folâtrerie » ou « pédérastie », en affirmant aux évêques italiens qu’il restait opposé à l’admission de personnes homosexuelles dans le clergé.

Le site Web de potins politiques italien Dagospia a été le premier à rapporter l’incident présumé, qui aurait eu lieu le 20 mai lorsque le pontife a rencontré les évêques italiens à huis clos.

Un quotidien, Corriere della Sera, a cité des évêques anonymes présents dans la salle, suggérant que le pape, en tant qu’Argentin, n’avait peut-être pas réalisé que le terme italien qu’il avait utilisé était offensant.

M. Bruni a déclaré que François était « conscient » des différents articles.

Le porte-parole du Vatican a réitéré que le pape restait engagé envers une Église accueillante pour tous, où « personne n’est inutile, personne n’est superflu, [où] il y a de la place pour tout le monde ».

Néanmoins, ses remarques rapportées ont provoqué un choc et une consternation.

Marianne Duddy-Burke, responsable du groupe de défense des droits des catholiques LGBTQ DignityUSA, les a qualifiés de « choquants et blessants pour beaucoup, en particulier pour les innombrables prêtres homosexuels qui ont servi fidèlement et avec succès le peuple de Dieu ».

« Malheureusement, même s’il était destiné comme une blague, le commentaire du pape révèle la profondeur du préjugé anti-gay et de la discrimination institutionnelle qui persistent encore dans notre Église », a ajouté Mme Duddy-Burke.

Vito Mancuso, théologien italien et ancien prêtre, a déclaré au quotidien La Stampa que le langage de François était « méprisable et surprenant car il est en totale contradiction » avec ses précédents messages sur les questions LGBTQ+.

François, qui a 87 ans, est crédité d’avoir fait des avancées substantielles envers la communauté LGBTQ+ au cours de ses 11 ans de pontificat.

En 2013, au début de son pontificat, il a famously déclaré : « Si une personne est homosexuelle et cherche Dieu et a de bonnes intentions, qui suis-je pour juger ? »

L’année dernière, il a autorisé les prêtres à bénir les membres de couples de même sexe, déclenchant une réaction conservatrice substantielle.

LE PAPE DONNE UN MAUVAIS EXEMPLE, MÊME GAY GLOBE A SUBI UNE ATTAQUE HOMOPHOBE LE 28 MAI 2024!

Cette attaque homophobe absolument absurde de la part du pape François est survenue quelques jours seulement après la célébration de la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, ce qu’il ne pouvait ignorer puisqu’il s’agit d’une célébration mondiale et que le Vatican est membre des Nations unies.

Lire l’édition #159 du Magazine Gay Globe sur la Journée Internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie

Ce sont précisément des déclarations et des comportements comme ceux du pape que cette Journée internationale condamne. Ils sont inacceptables et, malheureusement, donnent un mauvais exemple à des individus mal intentionnés qui pourraient profiter de ces déclarations, les considérant comme crédibles, pour les répéter et les infliger à d’autres.

Et c’est précisément ce qui est arrivé hier, le 29 mai, à l’auteur de ces lignes et rédacteur du Groupe Gay Globe durant un débat sur des déclarations publiées sur la page Facebook d’une personne habitant à Longueuil, Québec, et, selon sa page Facebook, travaillant pour une entreprise de l’industrie alimentaire sur la Rive-Sud de Montréal. Ayant décidé de m’envoyer un message privé via Messenger, j’ai répondu que, puisque nous ne nous connaissions pas, la politesse était de mise.

VD : « As-tu un problème ? »

Moi : « Non, vous semblez en avoir un, et je ne vous connais pas. Politesse. »

VD: « Un gars qui se prostitue dans le village je pense pas je suis homophobe »

Moi: « Je compatis avec votre passé, c’est votre choix. L’homophobie est une tarre qui vous échappe et qui n’a rien à voir avec la prostitution.. Je respecte votre situation, plus que vous le pensez, mais avant de publier en public, réfléchissez donc un peu à ce que vous dites!!?

VD: « Tu es peut être trop vieux pour l’humour ». Ceci constituant, en plus de l’attaque homophobe qui va suivre, un propos discriminatoire basé sur l’âge.

Moi: « A suivre. »

VD: « Des menace ? (Sic) Je porter plainte au criminel »

Moi: « Go »

VD: « Cetais juste une mauvaise joke décroche (Sic) J’ai compris j’ai retiré mon commentaire tu veux quoi de plus »

Moi: « Nous allons en parler publiquement puisque ces publications sont publiques et la population pourra se faire une idée.. vous croyez sincèrement que c’est la première fois que je reçois des messages haineux? Non. Laissez-moi examiner la situation. »

VD: « Va donc chier criss de tapette ». (Le texte en gras est de l’auteur de cet article pour souligner la gravité et l’impact de ces remarques.)

C’est pourquoi il est important de dénoncer les remarques homophobes et les attaques de personnalités publiques telles que le pape, car c’est dans notre vie quotidienne que nous devons les endurer par la suite.

Les attaques homophobes ont des effets profonds sur le moral, tant au niveau individuel que dans les communautés. Au niveau individuel, elles peuvent causer une détresse psychologique immense, entraînant des sentiments de peur, d’anxiété et de dépression. Les victimes peuvent ressentir une perte d’estime de soi et de valeur personnelle, remettant en question leur identité et leur place dans la société. Le traumatisme de telles attaques peut persister longtemps après l’incident, impactant les relations, le travail et le bien-être général.

Au sein des communautés, les attaques homophobes engendrent un sentiment d’insécurité et de vulnérabilité. Elles créent un climat de peur où les individus peuvent hésiter à exprimer leur vraie nature ou à s’engager ouvertement avec les autres. Cela érode la confiance et la solidarité, fragmentant les communautés et entravant la cohésion sociale. De plus, les incidents répétés d’homophobie peuvent normaliser la discrimination, perpétuant des stéréotypes et des préjugés nocifs.

Les effets des attaques homophobes dépassent les victimes immédiates, se propageant à travers les familles, les amis et les alliés qui partagent leur douleur et leur indignation. Elles servent de rappels saisissants de la lutte continue pour l’égalité et l’acceptation, alimentant les efforts d’activisme et de plaidoyer. En fin de compte, lutter contre les attaques homophobes nécessite un effort concerté pour défier la discrimination, promouvoir l’inclusivité et encourager une culture de respect et de compréhension pour tous, quel que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

Dans ce cas, un signalement a été déposé auprès de Facebook pour des remarques homophobes de la part de cet individu qui a été identifié par son nom et ses photos.

Au Québec, plusieurs organisations offrent de l’aide aux personnes confrontées à l’homophobie. Voici quelques ressources :

  • Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) : Ils fournissent un soutien aux individus victimes de discrimination, y compris l’homophobie. Leur site web propose des informations et des ressources pour obtenir de l’aide.
  • Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal (CCGLM) : C’est un organisme offrant une variété de services de soutien, y compris des groupes de discussion, du counseling, des références et des activités communautaires pour les personnes LGBTQ+.
  • Coalition des organismes LGBTQ+ du Québec : Ils regroupent plusieurs organismes LGBTQ+ à travers la province et offrent des ressources et des références pour ceux qui ont besoin d’aide.
  • Gai Écoute : Il s’agit d’une ligne d’écoute téléphonique offrant un soutien confidentiel et anonyme aux personnes LGBTQ+ et à leur entourage. Ils proposent également des services par courriel et par clavardage.
  • Alliance Arc-en-ciel de Québec : C’est une organisation de défense des droits LGBTQ+ à Québec, offrant des services de soutien, des activités communautaires et des ressources pour les personnes LGBTQ+.

Ces ressources sont là pour offrir du soutien, de l’écoute et des conseils à toute personne confrontée à l’homophobie.