Louise O’Sullivan

Louise OʼSullivan
«Les médias sont nos amis, nos complices, on a besoin des médias…»,
voilà qui commençait bien le débat organisé à lʼinitiative du Comité
Social Centre-Sud, qui opposait Louise OʼSullivan à Robert Laramée de
lʼéquipe Bourque.
Ça commençait bien parce que Louise OʼSullivan, qui venait dʼapprendre que
son opposant Laramée refusait toute entrevue avec Le Point, voulait mettre
immédiatement les règles du jeu sur la table et monter la voie à suivre en ma-
tière de démocratie municipale. Autrefois associée à plusieurs décisions im-
pliquant Robert Laramée, le Maire dʼarrondissement sortant de Ville-Marie,
Madame OʼSullivan déclarait dès le début du débat quʼelle a été obligée de se
dissocier des autres élus vu leur manque de sérieux et particulièrement le man-
que de vision du maître actuel.  «Je ne souhaite pas être associée aux récentes
décisions de lʼadministration en place puisque je nʼai même pas été con-
sultée dans de nombreux dossiers. On dirige lʼarrondissement en vase clos, il
est plus que temps de reprendre le pouvoir dans le quartier et de permettre aux
citoyens de punir leur Maire actuel à cause des conséquences de son adminis-
tration», déclare Madame OʼSullivan pendant le débat.
«Jʼai tellement de respect pour lʼancien conseiller municipal Forcillo que je ne
présente aucun candidat de mon propre parti dans son district, question de ne
pas lui nuire», affirme candidement la politicienne qui a été particulièrement
reconnue par le passé pour son opposition à la gestion autocrative du Maire
sortant, Robert Laramée.
Un débat qui confirme les mauvaises habitudes démocratiques du
Maire sortant Robert laramée
Lors du débat présenté le 17 octobre dernier au Comité Centre-Sud et en
présence de lʼauteur de ces lignes, lorsque confronté aux questions du public
portant sur des faits précis de la gestion boiteuse de Laramée, ce dernier a
démontré en quelques minutes le peu de cas quʼil faisait des doléances de ses
concitoyens.
Dʼune part, lorsquʼest arrivé le moment de répondre aux questions du public,
Robert Laramée a immédiatement averti le public (vers 14h15) quʼil avait des
choses plus importantes à faire ailleurs et ce, malgré le communiqué annon-
çant un débat qui devait se dérouler de 13h à 17h.
Et, comme prévu, en plein milieu des questions du public, alors quʼil était
confronté à la saleté chronique du Village, aux problèmes sociaux criants et
aux nombreuses demandes de clarifications sur son programme, sʼil en existe
un, Robert Laramée a commis lʼacte le plus grave qui puisse être posé en
période électorale. Il sʼest levé et est parti, sans laisser le public terminer ses
questions. Comme si les gens de son quartier étaient trop imbéciles pour com-
prendre les vrais enjeux. Lʼarrogance de M. Laramée a vite été remplacée par
la convivialité de Madame OʼSullivan qui est restée jusquʼà la fin, histoire de
répondre aux questions du public qui voulait mieux comprendre les rouages
hiérarchiques de lʼélection à venir. Nous accordons donc une excellente note à
la candidate OʼSullivan et la remercions pour son professionnalisme.