Manon Massé : Un parti Québec Solidaire dans le Village qui a de mauvaises moeurs

Manon Massé, souvenez-vous de ce nom car il reviendra souvent dans le portrait politique tant et aussi longtemps que le Village n’aura pas donné son véto définitif sur les propositions de cette candidate du parti québec solidaire qui tente depuis quelques années de ravir le comté de Ste-Marie-St-Jacques des mains du Parti québécois.

Manon Massé voudrait prendre le comté occupé pendant près de 16 ans par André Boulerice mais propose évidemment pour se faire le programme du Parti québec solidaire qui n’a pas vraiment la cote dans ce comté bien que les derniers résultats lui donnaient quand même un présence notable dans le vote populaire.

Le problème avec Manon Massé c’est que pour parvenir à ses objectifs, même comme simple candidate, elle utilise des procédés depuis longtemps révolus, très similaires aux anciennes méthodes de l’URSS, comunisto-socialardes en se fiant sur le communautaire et le monde syndical pour prendre éventuellement le pouvoir par la bande.

Je m’explique. Pour gagner une élection, un candidat devrait normalement avoir un programme qui intéresse les électeurs, le candidat devrait tisser des liens avec tous sans exclure qui que ce soit puisqu’il devra représenter tous les électeurs et les intervenants de son comté et enfin, doit le faire de façon transparente.

Manon Massé échoue pratiquement tous ces critères. Le programme de son parti, à première vue, est sympathique pour ceux qui croient au père noël, très à gauche et en cela, on ne peut rien lui reprocher puisque c’est ce que le parti a à offrir, c’est à prendre ou à laisser.

Quant à ses moyens pour parvenir à augmenter son résultat électoral en s’associant de façon quasi incestueuse au monde communautaire et au monde syndical, il risque de toujours lui coûter les élections puisque ce sont des méthodes et des alliances depuis longtemps révolues au Québec. Les québécois veulent des candidats qui parlent d’eux, qui se préoccupent d’eux et qui ne magouillent pas par la bande pour obtenir du vote sans avoir à parler des vraies choses. Manon Massé échoue lamentablement dans ce cas puisqu’en donnant tout son temps à tisser ses liens quasi incestueux avec « sa gang », elle méprise, écarte et renie toutes les autres personnes de son comté qui ne pensent pas comme elle et qui ne veulent plus des vieilles méthodes communardes du passé qu’elle persiste à proposer.

Le comté de Ste-Marie-St-Jacques n’est pas constitué uniquement de socialistes nostalgiques d’un passé lointain mais d’entrepreneurs, de commerçants et d’investisseurs professionnels qui ont de l’argent et qui veulent parler finances, pas seulement de soupe populaire ou de garderies communautaires pour femmes monoparentales. C’EST UN QUARTIER GAI BON SANG!

Le Point a demandé lors des dernières élections provinciales à Manon Massé de nous accorder une entrevue pour expliquer son programme et se faire mieux connaître des lecteurs de son comté qui sont de la communauté gaie. Elle avait accepté au début pour changer d’idée quelques jours plus tard sous prétexte qu’un représentant d’un groupe communautaire lui avait dit que Le Point était anti-communautaire.

D’une part c’est faux et même si c’était vrai, un candidat qui sélectionne les médias dans lesquels il va accorder une entrevue méprise ses lecteurs et en cela, se comporte de façon anti-démocratique en ne permettant pas aux médias de faire leur travail. Les médias ne doivent pas coucher dans le même lit que les politiciens, c’est immoral!  Les médias existent et quand ils demandent une entrevue, ils n’ont pas à faire la preuve de leurs allégeances pour obtenir ces entrevues. Manon Massé a fait la preuve qu’elle voulait le pouvoir pour jouer avec, pour s’en servir plutôt que de servir et en cela, elle constitue un danger tel, dans ce village gai de Montréal tourmenté depuis des années par les problèmes sociaux les pires comme la prostitution, l’itinérance et la drogue, qu’elle pourrait, si elle était élue, mettre un terme définitif à toute chance d’amélioration dans ce comté qui se respecte et qui exige un peu plus de respect sans pour autant sombrer dans le communisme rétro.

Manon Massé ne sera donc jamais élue dans ce comté, du moins tant qu’elle gardera ses mauvaises habitudes magouilleuses, nous la suivrons de près car elle nous donne matière à de nombreux sujets qui pourraient aussi se retrouver dans la section des caricatures.

Le Point finalement ne se pliera pas à l’agenda de quelque parti que ce soit, qu’il soit communard comme celui que représente Manon Massé ou de droite comme celui de Mario Dumont. Il me semblait qu’après toutes ces années c’était quelque chose de clair…

Roger-Luc Chayer, Le Point