MTL: OÙ EST VALÉRIE PLANTE?

Roger-Luc Chayer

Communication difficile entre Gay Globe et Valérie Plante, mairesse de Montréal!
Roger-Luc Chayer

Suite à la publication dans la dernière édition du Magazine Gay Globe (#129 avec Elizabeth Montgomery en couverture) d’un article portant sur l’effacement des couleurs gaies au coin des rues Ste-Catherine Est et de Champlain, nous terminions notre article en mentionnant que nous attendions les commentaires de l’Arrondissement pour vous faire le suivi. Eh bien le voici ce suivi: NÉANT!

Avant de publier, j’avais contacté directement la mairesse de Montréal et mairesse de l’arrondissement Ville-Marie (Village) pour lui demander de commenter la situation via un courrier électronique daté du 23 août. Aucune réponse. Le même jour, j’avais écrit au conseiller municipal Robert Beaudry, responsable du secteur, pour lui demander aussi ses commentaires, pour découvrir que l’adresse électronique de Gay Globe semblait avoir été bloquée. J’ai alors utilisé notre adresse de secours sur Gmail, aucune réponse. Le même jour encore, j’avais envoyé un courriel via le formulaire de la page web de l’arrondissement Ville-Marie pour leur demander de commenter. J’ai bien reçu un accusé réception, mais aucune réponse par la suite. Le 29 novembre, j’ai retourné un courriel à l’arrondissement pour leur demander pourquoi ça prenait tant de temps à répondre. Le 5 décembre je recevais un courriel m’informant que «Le dossier ci-dessus a été relancé à la «DIVISION DES COMMUNICATIONS VILLE-MARIE» afin qu’une personne-ressource puisse y donner suite dans les meilleurs délais.»

Depuis, NÉANT! Cette simple question de couleurs gaies effacées d’une rue du Village met en évidence un terrible mépris pour ce que représente le Groupe Gay Globe et surtout, pour ses lecteurs. Quand on s’adresse aux autorités publiques, ce n’est évidemment pas en notre nom personnel, mais bien au nom de ceux qui nous lisent et qui se posent les mêmes questions. Mépriser ainsi les médias qui osent questionner les empereurs et autres clowns politiques qui se font élire et qui se fichent de ce que nous représentons après leur victoire est un des gestes les plus antidémocratiques possible. Souvenez-vous aussi, pendant la dernière campagne électorale, de son refus d’accorder quelque entrevue à Gay Globe. L’actualité nous démontre depuis quelques mois que la popularité de la mairesse Plante est en chute libre. Le 7 février 2018, un sondage Ipsos publié par le journal La Presse concluait que 60% des Montréalais étaient insatisfaits des politiques de la mairesse Plante alors que le 3 novembre 2018, un sondage Léger-Journal de Montréal concluait que 44% des Montréalais voulaient déjà un changement à la tête de la Ville de Montréal, et cette fois, 68% des Montréalais étaient insatisfaits de son travail à la Ville.

Ce que les Montréalais constatent, et c’est d’ailleurs ce qui a mené à sa défaite l’ex-maire Denis Coderre, c’est que l’arrogance des politiciens, une fois élus, n’a plus aucune limite. On n’a qu’à voir ce qui se passe en France avec les «gilets jaunes» pour comprendre que des fois, le ras-le-bol populaire est la conséquence directe du comportement de nos élus. Il n’est certainement pas trop tard pour qu’elle se reprenne en main et réalise que les médias ont des responsabilités et des obligations qui peuvent ne pas toujours plaire. Si elle ne change pas bientôt, elle risque de se planter en 2021!!!