On lui a donné la chance de se faire une carrière Salif Keita rend hommage aux gais

Paris, France, 22/06 – Le célèbre musicien malien, Salif Keita, a rendu, mardi, un vibrant hommage aux homosexuels, qualifiant de “grande chance” la rencontre qu`il a eue avec eux à Bamako au début de sa carrière.
Relatant le début de sa carrière, l`artiste africain a expliqué que chez les Keita, la classe des nobles à laquelle il appartient, il n`y a pas griots. Or toutes les cérémonies, les spectacles, les chants sont assurés par les griots. Mais de grands talents sont cachés dans la noblesse, retenus par la tradition”, a-t-il souligné.
“Moi, je ne pouvais pas cultiver, ni faire de commerce, alors j`ai voulu enseigner. Mais on m`a renvoyé parce que j`étais albinos”, a déclaré Salif Keita au journal Metro.
“Ensuite, a-t-il ajouté, ma grande chance a été de rencontrer les homosexuels à Bamako. Ce sont eux qui m`ont repéré, donné des habits et des chaussures et m`ont emmené chanter dans des bars interdits aux nobles. Ils m`ont nourri, ils ont fait de moi une star”.
Élu artiste francophone 2006 par Radioffonies, le festival des radios francophones en France, le crooner malien rêve de vivre d`autre chose que de la musique, en particulier de l`agriculture.
“Oui, j`aimerais repartir dans la brousse, construire quelque chose et vivre de l`agriculture”, a-t-il affirmé.
56% des internautes considèrent que les droits des homosexuel(le)s sont reconnus en France
Même si pour une partie importante des internautes qui se sont exprimés*, il reste difficile de vivre son homosexualité en France, la question des droits a progressé. Cʼest dans ce contexte que sʼinscrit la question de lʼouverture au mariage ou à lʼadoption.
42% des internautes reconnaissent quʼil est encore difficile de vivre son homosexualité dans la France dʼaujourdʼhui. Cʼest avant tout dans les banlieues que les homosexuels ont le plus grand mal à vivre au quotidien (52%). La concurrence des discriminations joue dans ces espaces urbains. Les victimes de discrimination ne sont pas solidaires, voire capables elles-mêmes de rejet des “ autres “. La campagne (49%) est le second lieu de vie le plus délicat pour les homosexuels, où la méfiance à lʼégard de cette minorité est plus traditionnelle. En troisième lieu arrive lʼentreprise (29%). Malgré cet état des lieux pour le moins mitigé, une majorité dʼinternautes (56%) considère que les droits des homosexuels sont plutôt bien respectés.