Processus d’une enquête raélienne bâclée

Quand les intérêts des uns dépassent largement la réalité et
quʼun groupe comme les raéliens tente de faire dans la politique
homosexuelle, il faut toujours aller au-delà des informations trans-
mises et faire sa propre enquête.
Une exécution pas si gaie que ça…
Dans le communiqué de presse diffusé par les raéliens et reçu par la
rédaction du Point le lundi 1er août 2005 à 9h47, on mentionnait: Alors
que des pays civilisés et modernes tels que les Pays Bas, la Belgique,
le Canada et lʼEspagne ont passé une loi identifiant les droits des
homosexuels de se marier, reconnaissant de ce fait lʼégalité de tous
leurs citoyens, et tandis que dʼautres pays sont sur le point de suivre
le mouvement, il reste encore certains pays comme lʼIran qui vivent
toujours dans des temps obscurs. Choquant : le 19 juillet 2005 les
autorités islamiques de lʼIran (SHARIA) ont décidé de commettre
lʼimpensable : pendre 2 adolescents soupçonnés dʼêtre gais pour crime
dʼhomosexualité ! ! !  Ce nʼest pas un documentaire au sujet du Moyen
Age. Cʼest malheureusement une réalité sordide qui a lieu à lʼheure
actuelle en Iran où plus de 4000 lesbiennes et hommes gais ont été
exécutés et ce depuis 1979.
Et plus loin, on invite le public à participer à une manifestation devant
lʼambassade dʼIran deux jours après en mettant clairement un lien qui re-
dirige vers le site web de Raël, en version unilingue anglaise. Nʼoublions
pas que Raël est français!
Tout pourrait sʼarrêter là. Tous les ingrédients pour un soulèvement po-
pulaire sur une question humanitaire sont réunis, lʼadolescent pendu par
un régime islamiste intégriste simplement parce quʼil est homosexuel et
quʼil a baisé son amoureux et quʼil a été surpris dans les bras dʼun autre
homme. Injustice, horreur, abus de pouvoir, intervention des groupes
humanitaires internationaux pour scandaliser le bon peuple des pays
«démocratiques» qui nʼautorisent pas lʼexécution des enfants, bref, avec
une bonne campagne, nʼimporte qui peut capitaliser sur la présentation
dʼune telle nouvelle avec des images terriblement froides.
Le journalisme dʼenquête a encore et toujours sa place
Ceux qui doutent encore de la place dans la société dʼun journalisme
dʼenquête, de recherches, qui ne se contente pas seulement de publier les
communiqués concoctés avec amour par ceux qui ont intérêt à en faire
la diffusion mais qui consiste à vérifier les informations transmises,
comprendront peut-être mieux notre rôle après avoir lu ce dossier.
En effet, comme la source est dʼordre sectaire-religieuse et que les
raéliens sont très impliqués dans leurs croyances, un peu de discer-
nement ne pouvait faire de mal devant une telle nouvelle. Le Point a
donc vérifié les informations et en voici les principaux résultats:
1- Lʼexécution, du moins sur la plupart des fils de presse et
grâce aux informations obtenues de sources plus sures comme CNN
et certaines agences de presse européennes, portait non pas sur
lʼhomosexualité des deux jeunes sur la photo mais bien sur un acte
criminel se méritant la peine de mort en Iran;
2- Les deux adolescents sur la photo, authentique quant à elle,
ont commis un crime de viol sur un jeune garçon de 13 ans et après
plus de 14 mois de détention, se voyaient condamner à la peine de
mort parce quʼil y avait eu pénétration, viol et violence pendant le
crime;
La «Charia» musulmane prévoit la peine de mort en de telles cir-
constances même si le viol avait impliqué une fille. Au moment de
confronter la porte-parole des raéliens sur cette information quel-
que peu tordue et manipulée, cette dernière ne pouvait expliquer une
telle méprise tout en se refusant de la corriger. Les raéliens prônent
des valeurs sexuelles plus tolérantes et ouvertes, cʼest connu, mais la
manipulation de lʼinformation pour y arriver nʼest pas à leur hon-
neur et ne contribue en rien à leur cause. 1 à 0 pour le journalisme!