Qu’est-ce qu’une infection à la trichomonase et comment est-elle traitée ?

Image

Jojo Ming (Image: Verywell Health)

La trichomonase, communément appelée « trich », est une infection sexuellement transmissible (IST) causée par un parasite unicellulaire appelé Trichomonas vaginalis. Cet organisme microscopique infecte principalement les voies urogénitales, touchant à la fois les hommes et les femmes, mais les symptômes et les conséquences de l’infection peuvent varier selon les sexes.

Transmission et facteurs de risque : La trichomonase est principalement transmise par l’activité sexuelle, y compris les rapports vaginaux, oraux et anaux. Cependant, elle peut également être transmise par des moyens non sexuels, tels que le partage de serviettes humides ou de vêtements mouillés. L’infection est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, et certains facteurs augmentent le risque de transmission, notamment les partenaires sexuels multiples, les rapports sexuels non protégés et un système immunitaire affaibli.

Symptômes : La trichomonase peut se manifester différemment chez les hommes et les femmes. Chez les femmes, les symptômes peuvent inclure des démangeaisons ou des brûlures dans la région génitale, une odeur vaginale forte et désagréable, et des pertes vaginales anormales qui peuvent être mousseuses, verdâtres-jaunâtres ou grises. De plus, les femmes peuvent ressentir des douleurs ou des inconforts lors des rapports sexuels et de la miction. Les hommes infectés par le Trichomonas peuvent présenter des symptômes tels que des démangeaisons ou des irritations à l’intérieur du pénis, des brûlures lors de la miction ou de l’éjaculation, et des écoulements occasionnels du pénis. Cependant, un nombre significatif de personnes infectées par le Trichomonas peuvent ne présenter aucun symptôme, rendant la détection et le traitement de l’infection difficiles.

Diagnostic : Pour diagnostiquer la trichomonase, les professionnels de la santé réalisent généralement un examen physique, s’informent des symptômes et de l’historique sexuel, et effectuent des tests de laboratoire. Un examen microscopique d’un échantillon de la région génitale, tel qu’un prélèvement vaginal pour les femmes ou un prélèvement urétral pour les hommes, peut révéler la présence du parasite. De plus, des tests d’amplification d’acides nucléiques (NAAT) peuvent être utilisés pour un diagnostic plus sensible et spécifique.

Traitement : La trichomonase est généralement traitée par des antibiotiques, les médicaments les plus couramment prescrits étant le métronidazole ou le tinidazole. Ces médicaments agissent en perturbant l’ADN du parasite, conduisant finalement à sa mort. Il est crucial que les deux partenaires sexuels suivent un traitement simultané pour éviter une réinfection. S’abstenir d’activité sexuelle pendant la période de traitement est recommandé pour éviter la propagation de l’infection à d’autres. Il est important de suivre l’intégralité du traitement antibiotique, même si les symptômes s’améliorent avant la fin du médicament.

Prévention : Prévenir la trichomonase implique de pratiquer des relations sexuelles protégées. L’utilisation cohérente et correcte de préservatifs pendant l’activité sexuelle peut réduire significativement le risque de transmission. Limiter le nombre de partenaires sexuels et choisir des partenaires testés et exempts d’IST peut également aider à prévenir la trichomonase et d’autres infections sexuellement transmissibles.

Complications : En l’absence de traitement, la trichomonase peut entraîner diverses complications. Chez les femmes, l’infection peut augmenter le risque d’acquérir d’autres infections sexuellement transmissibles, telles que le VIH, et contribuer à des complications pendant la grossesse, notamment un accouchement prématuré et un faible poids à la naissance. De plus, la trichomonase chez les hommes a été associée à un risque accru de cancer de la prostate.

Impact sur la santé reproductive : La trichomonase peut avoir un impact significatif sur la santé reproductive. Chez les femmes, l’infection peut provoquer une inflammation des organes reproducteurs, conduisant à une maladie inflammatoire pelvienne (MIP). La MIP peut entraîner des cicatrices des trompes de Fallope, augmentant le risque d’infertilité et de grossesse ectopique. Les femmes enceintes atteintes de trichomonase peuvent accoucher prématurément et transmettre l’infection à leurs nouveau-nés lors de l’accouchement.

Implications pour la santé publique : La trichomonase est une préoccupation mondiale en matière de santé publique, avec des millions de nouveaux cas signalés chaque année. La prévalence élevée des infections asymptomatiques rend difficile le contrôle de la propagation de la maladie. Les initiatives de santé publique se concentrent souvent sur la sensibilisation aux pratiques sexuelles sûres, la promotion de tests réguliers pour les IST, et la fourniture de soins de santé accessibles et abordables pour le diagnostic et le traitement.