Qui décide quoi dans les médias?

Est-ce que les médias ont lʼobligation
dʼéduquer la population?
(Le Point) – Régulièrement, jʼécoute les nouvelles à TVA ou TQS, je
lis certains médias écrits et je me demande toujours pourquoi est-ce
quʼon accorde autant de temps et dʼespace à parler dʼun accident qui ne
concerne personne, qui nʼintéresse personne et pourquoi mettre autant
dʼénergie à couvrir une insignifiance comme les sempiternelles plaintes
syndicales alors quʼil existe des questions beaucoup plus importantes
que les journaliustes pourraient traiter?
Je suis pourtant dans le milieu médiatique depuis au moins 13 ans et je
nʼai jamais vu une quelconque recherche statistique réelle qui confirmerait
que la population réclame des faits divers, exige des journalistes quʼils
consacrent 4 minutes à parler dʼun accident sur un rang inconnu qui
concerne quelques personnes dont on taierait toujours les noms et qui
nʼamène rien aux grandes questions que la société se pose?
Je suis pourtant innondé de demandes de dossiers sur la santé, sur la
politique internationale, sur le droit, mais jamais on ne mʼaura demandé
de couvrir un accident de voiture dans la revue Le Point. Il faut alors se
questionner sur lʼorigine du choix pour les affectateurs et chefs de pupitre
de médias de passer des nouvelles qui ne mènent à rien. Je suis persuadé
que le fait de parler dʼun accident de la route à Granby ne changera en
rien les habitudes de conduite des montréalais ou des gens de la Côte-
Nord. Pas plus que le meurtre crapuleux dʼun parfait inconnu, drogué et
au lourd dossier criminel susciterait lʼenvie de respecter les lois!
Il est possible, et je dis cela en toute théorie, que deux éléments expliquent
le choix de diffuser continuellement des nouvelles qui nʼintéressent pas
grandʼmonde et qui ne contribuent certainement pas à élever le niveau
intellectuel des gens qui consomment les médias.
Pour contacter vos services de
nouvelles préférés et exiger des
nouvelles plus recherchées
Service des nouvelles de
TVA, par émission http://
tva.canoe.com/
Service des nouvelles de TQS
par émission http://www.tqs.ca/
infos/
Service des nouvelles de Radio-
Canada Télé http://www.radio-
canada.ca/television/
Service des nouvelles du Journal de
Montréal http://www2.canoe.com/
j dem/ abonnement /
Première explication possible: celui qui décide de la nouvelle à passer
nʼa simplement pas assez dʼéducation lui-même pour aspirer à offrir plus
que ce quʼil est capable de comprendre. La nature est égale avec tous,
même avec les rédacteurs en chefs ou les directeurs de publication, moi
le premier. Il reste néanmoins que lʼon peut certainement essayer dʼoffrir
à ceux qui nous lisent ou nous regardent, des nouvelles qui demandent
un peu dʼeffort intellectuel autant pour le public que pour le journaliste
qui les préparent. Un excellent exemple de dépassement est le journaliste
Alexandre Dumas de Radio-Canada. Affecté depuis de nombreuses
années à la couverture de faits divers pour la société dʼétat, Alexandre
Dumas propose néanmoins un style unique et va jusquʼà traiter chaque
nouvelle, dʼun point de vue littéraire, avec la minutie dʼun auteur de
romans.
Lʼautre explication possible est la paresse: Il est très facile pour un journaliste
habitué à traiter le même genre de nouvelles de faire dans le plat cuisinné
dʼavance en ne changeant que les titres pour personnaliser sa nouvelle.
Un accident, peu importe sa localisation, reste toujours un accident et
souvent, on remarque que lʼexposé du journaliste se termine de la même
façon: “ Lʼalcool serait en cause, des accusations pourraient être portées
suite à lʼenquête, le nom des victimes nʼa pas été rendu public puisque
la famille nʼa pas encore été avisée…”, en ne changeant que les noms et
le lieu de lʼaccident, on peut facilement faire plusieurs nouvelles avec le
même texte, ce qui peut être le résultat de la paresse des gens de la presse.
À lʼinternational, quand on écoute ABC news ou les nouvelles de France 2,
on découvre vite que ce qui y passe ne se retrouvera preque jamais ailleurs,
pourquoi? Parce que certaines entreprises de presse basent leur crédibilité
sur lʼanalyse de lʼactualité et une réflexion visant à expliquer quelque
chose, et non à répéter quelque chose. Il sʼagit certainement dʼun plus
grand effort pour ceux qui veulent expliquer la nouvelle mais qui leur est
bien rendu en termes dʼaudience puisque les émissions dʼactualités les plus
écoutées sont celles qui décortiquent la nouvelle, et non celles qui ne font
que la répéter. Il est facile de changer les choses au niveau du choix des
nouvelles, simplement contacter le chef de pupitre de votre chaîne préféréeet exigez des nouvelles plus recherchées, je parie quʼon vous écoutera.