Rafick-Pierre Sékaly quitte Montréal

«Le recrutement d’un scientifique de ce calibre est tout un exploit! Il est considéré comme l’un des principaux immunologues en santé humaine au monde», pouvait-on lire récemment dans un communiqué. Ce chercheur-là, malheureusement, ne vient pas s’installer à Montréal. Au contraire, le Dr Rafick-Pierre Sékaly nous quitte pour prendre la tête d’un nouvel institut en Floride.

La perte de ce spécialiste du sida a fait beaucoup de bruit cette semaine. Avec raison. Elle nous interpelle sur l’importance que nous accordons à la recherche de pointe. Nous manquons singulièrement d’enthousiasme envers ce secteur d’activité.

Soyons claire: personne au Canada n’avait les moyens de faire une offre assez attrayante pour retenir le Dr Sékaly. Mais d’autres départs pourraient être évités à l’avenir, si on s’y prend à temps. C’est-à-dire dès maintenant. Car lorsqu’un chercheur d’envergure lève les voiles, on perd bien plus que son seul talent.

Le Dr Sékaly, par exemple, entraîne 25 autres chercheurs dans son sillage. Durant sa carrière à Montréal, il a obtenu une vingtaine de brevets et signé plus de 200 articles scientifiques. Il a aussi convaincu l’Institut national de la santé et de la recherche médicale de France d’implanter sa première unité nord-américaine ici. Un scientifique de haut niveau, c’est aussi une formidable locomotive. Nous ne pouvons pas nous permettre d’en perdre beaucoup. Et nous devons créer un climat qui suscite ce genre de vocations.

NDLR: Le débat, lancé par cette nouvelle, met en évidence une autre question qui n’a pas été traitée par notre collègue de La Presse et qui doit être posée au moins au sein de la communauté gaie. Est-ce qu’il est plus important d’avoir un scientifique de haut niveau à Montréal pour l’économie qu’il génère avec les emplois associés ou en Floride avec de vrais budgets et la possibilité qu’il trouve plus rapidement un remède contre le SIDA qui pourra bénéficier à tous? La réponse pour les personnes atteintes est à 100%, qu’il soit à Montréal ou ailleurs, c’est son expertise en SIDA qui importe et les moyens qu’on lui donne pour mener à terme ses recherches. Le Dr. Sékaly semble avoir décidé d’être logique avec son mandat. L’Important est qu’il nous revienne avec un vaccin ou un traitement…