Robert Laramée voudrait mettre le village a son image

Robert Laramée
est actuellement conseiller dʼarrondissement dans le Village Gai de
Montréal et est très controversé pour avoir négligé le Village, pour avoir
octroyé des subventions à des organisations qui fermaient quelques jours
plus tard et pour avoir sali le Village au point de ne plus permettre à
lʼéconomie locale de se développer.
Ils sont nombreux dans Ville-Marie ceux qui souhaitaient profiter de lʼélec-
tion municipale de 2005 pour exiger de Robert Laramée, leur conseiller actuel
depuis 4 ans, quʼil sʼexplique enfin sur sa gestion autocratique et absolument
invraisemblable de son lopin de quartier au coeur de la métropole française
dʼAmérique. Mais Robert laramée ne lʼentend pas ainsi. Non seulement ceux
qui le questionnent nʼobtiennent pas les réponses espérées, Laramée censure
les médias qui le suivent de près depuis des années et qui sont en mesure de le
faire voir sous son vrai jour.
Cʼest donc avec beaucoup dʼimpatience que nous anticipions une entrevue
avec le conseiller de Ville-Marie (Village), Robert Laramée, mais sa réponse
est arrivée par courrier électronique un vendredi et venait du clavier de Jean-
Luc Thibault, attaché politique. «LE POINT se dit être un fier partenaire
et promoteur des Jeux gais de Chicago… alors en tant que partenaire
associé à la réalisation des 1ers Outgames 2006, je ne peux accepter
votre offre dʼentrevue ni dʼachat de publicité “électoral” dans votre revue
LE POINT.» Laramée se dévoilait enfin au grand jour. “Si vous ne pensez
pas comme moi, je ne respecterai pas mes obligations démocratiques
en répondant à vos questions”. Inacceptable et surtout franchement
irrespectueux envers les lecteurs et électeurs de son quartier qui exigent
toujours quʼil parle et quʼil reconnaisse les conséquences de sa gestion. Robert Laramée a été élu conseiller municipal du district de Saint-Jacques
le 4 novembre 2001. Il en est à son deuxième mandat à titre de conseiller
municipal, ayant été élu en 1994 comme conseiller du district de Père-Mar-
quette. Durant ce premier mandat, de 1994 à 1997, il a été responsable des
dossiers de lʼenvironnement et de la propreté au sein du Comité exécutif.
Depuis son élection en 2001, Robert Laramée est le responsable po-
litique de lʼurbanisme dans lʼarrondissement de Ville-Marie. Robert
Laramée est, depuis quinze ans, le directeur général dʼune Corporation
dʼhébergement pour personnes âgées et pour femmes seules. Il gère trois
résidences qui accueillent 180 locataires. Son baccalauréat en récréologie
a amené Robert Laramée à sʼimpliquer depuis plus de 20 ans dans le
domaine social: création de cuisines collectives, dʼhaltes-garderies et de
magasins partages. Il a également occupé le poste de secrétaire général
de lʼAlliance des chorales du Québec et celui de coordonnateur régional
des Jeux du Québec.
NDLR: Au moment dʼaller sous presses, Le Point nʼavait pas réussi à
valider les informations contenues dans cette fiche publiée sur le site web
de Go Montréal. Désolé…
«Il considère le Village gai comme une
poubelle, Je ne lui confierai jamais un
autre mandat pour quʼil finisse de rui-
ner mon quartier, ma ville et ma vie…»
R. Blanchard (Électeur)

La question est pourtant simple: Est-ce que Robert Laramée, en endos-
sant de façon presque incestueuse, budgétairement du moins, les 1ers
Outgames de Montréal 2006 et en voulant faire le commerce de droits
démocratiques en exigeant des journalistes quʼils endossent systémati-
quement ses idées et ses plans politiques, bref, est-ce quʼil savait que 99%
des montréalais ne sont pas associés à Montréal 2006?
Est-ce quʼil savait que 99% des commerçants du Village gai de Montréal ne
sont pas commanditaires ou partenaires de Montréal 2006? Est-ce quʼil savait
que 99.9% des gais du Québec ne sont pas liés de près ou de loin à Montréal
2006? Jusque-là, ce sont des questions intéressantes mais peu liées à la politi-
que générale vous en conviendrez. Faudrait le lui dire…
Il existe toutefois une question encore plus grave, plus importante pour de
nombreuses personnes qui, en sʼassociant à Montréal 2006, le font de bonne
foi, avec des intérêts positifs, avec coeur. Est-ce que Robert Laramée savait,
en refusant dʼaccorder une entrevue au Point parce que la revue fait la promo-
tion des jeux gais où quʼils soient, à Chicago ou à Montréal, que lʼorganisation
de Montréal était entachée dʼun fait grave qui ne fait pas honneur à Montréal
et aux gais qui veulent le bien de leur ville?
En effet, Le Point, comme de nombreux médias québécois, sait depuis quel-
ques mois quʼun membre de lʼorganisation de Montréal 2006, quelquʼun qui
est censé faire honneur à la Ville et au concept de jeux gais, est titulaire dʼun
dossier criminel dʼune gravité telle que placés devant le fait, les principaux
intervenants remettraient certainement en uestion leur participation.
Un membre très haut placé de lʼorganisation a été impliqué dans une série
de crimes répugnants (complôt, enlèvement, extorsion, séquestration, etc),
la victime est irrémédiablement affectée pour le reste de ses jours, cette
personnalité de Montréal 2006 plaidait coupable et était condamnée à une
forte amende qui a été payée, ce qui constitue quand même une admission.
Est-ce que Robert Laramée savait cela? Est-ce quʼil comprend mieux
maintenant pourquoi Le Point a des hésitations à collaborer avec Montréal
2006? Est-ce que nous avons le droit, comme entreprise privée de vouloir
travailler et collaborer avec ceux qui ont les mains propres? Ce sont des
questions auxquelles nous souhaitons avoir les réponses de M. Laramée avant
lʼélection car en sʼassociant ainsi à une personne criminalisée, est-ce quʼil
n,est pas en train de lier la réputation de Montréal à de tels actes? Pour notre
part, il a été décidé de ne pas nous associer à une criminelle!
Questions complémentaires à Robert Laramée:
Il y a environ 2 ans, vous octroyiez une subvention importante à lʼACPV.
Quelques jours après, lʼorganisme nʼétait plus actif. Avez-vous demandé le
remboursement de la subvention? Quelles étaient les raisons de cette subven-
tion et à quoi devaient servir ces sommes?
Il y a environ 3 ans, le Centre Communautaire des Gais et Lesbiennes de
Montréal, pendant une longue période, nʼa pas payé son loyer. Est-ce que
vous avez encaissé finalement les loyers en retard? Quelles sont les raisons
pour lesquelles vous favorisez une organisation qui ne paie pas son loyer alors
que la liste dʼattente en matière de locaux municipaux aux OSBL est si lon-
gue? Combien avez-vous versé entre 2000 et aujourdʼhui, dans votre mandat
qui se termine, au CCGLM et au CDJ?
En matière de SIDA, lʼarrondissement Ville-Marie est malheureusement
celui qui comporte le plus de personnes atteintes au Canada. Vous décla-
riez dans vos intentions lors de la campagne de 2000 que le SIDA était une
priorité. Combien avez-vous octroyé au SIDA dans votre dernier mandat?
Quelle est la liste des organisations? Quels gestes bénévoles avez-vous posés
personnellement, excluant les marches pour vous faire voir?
Vous affirmez que Montréal2006 est une priorité pour vous. Combien
avez-vous octroyé depuis 2000 à lʼorganisme? Combien donnerez-vous au to-
tal dʼici la fin des jeux? Est-ce que vous siégez sur le C.A. de lʼorganisme?