Scandales en santé au Québec II

(Suite de la page 26) Il décide de recontacter son médecin pour l’informer qu’il n’a pas eu accès aux soins requis, le médecin envoie à nouveau la demande de consultation et on contacte finalement Maurice pour l’informer qu’il avait enfin été placé sur la liste d’attente, un autre mois passera avant qu’il ne rencontre le spécialiste…

Louis vit à Montréal Est. Il tente depuis quelques années de se trouver un médecin traitant suite à une importante chirurgie au dos qui lui cause des séquelles normales qui demandent un suivi médicamenteux. Croyant avoir enfin sa chance, il rencontre un médecin généraliste d’une clinique de Rosemont avec qui il a une bonne relation et en qui il a confiance. Après quelques rendez-vous, le médecin lui demande de signer un formulaire d’engagement comme médecin-traitant. Louis demande la signification de ce formulaire et on lui répond que ce formulaire est pour que le médecin se conforme à une directive ministérielle qui l’oblige à prendre des patients et à être leur médecin traitant. Louis, emballé à l’idée d’avoir enfin un médecin stable auquel il n’aura pas à répéter son baratin à chaque rendez-vous, signe immédiatement le formulaire et peut enfin se considérer comme un des rares québécois à avoir un tel médecin. C’est ce qu’il croyait…

Quelques mois plus tard, après avoir attendu plus de 2 semaines que le médecin revienne à sa clinique prendre des rendez-vous et après neuf heures d’attente dans la salle,  Louis demande au médecin ce qui s’est passé, étant signataire d’un engagement à prendre en charge le patient comme médecin traitant. Le médecin lui répond que le formulaire ne donne aucun avantage face aux patients qui se présentent pour la première fois sans rendez-vous, qu’il s’agissait simplement pour le médecin de remplir un quota requis par le Gouvernement et que ce statut n’a aucune valeur. Se sentant floué pour une question de quota, Louis sort de son rendez-vous anxieux plus que jamais. Depuis ce temps, en novembre 2008, Louis n’a pas été en mesure de revoir son médecin pour un suivi et faire ses renouvellements. Il a du recourir à un médecin privé qui ne le connaît pas ou presque, au coût de 150$ la consultation, rien que pour faire renouveler ses médicaments. Pendant ce temps, on annonce que les choses vont mieux dans le système de santé du Québec!