Services et finances

RainbowVision : ouverture dʼune communauté de
retraités(ées) homosexuels(lles) aux USA
Même si les chiffres recensant la communauté gay américaine diffèrent
selon les sources, (évoluant entre 3 et 10%), le vieillissement de la popu-
lation et lʼavancée en âge des baby-boomers, donnent lieu à lʼémergence
dʼun nouveau marché très prometteur, celui des communautés de retraités
pour seniors homosexuel(les).
Les sociétés de marketing estiment que les aînés gays américains repré-
sentent un marché de 2.4 à 8 millions dʼindividus. Dans cet esprit, une
communauté de retraités(ées) homosexuel(les), RainbowVision, a été
inaugurée récemment à Santa Fe, dans la capitale du Nouveau Mexique.
Plus concrètement, cette structure comprend 86 habitations. Elle a été
construite dans la ville de Santa Fe, près des Cristo Mountains. Elle sʼan-
nonce comme un lieu de vie idéal pour les seniors gays et lesbiennes à
partir de 50 ans. En plus dʼune unité de soins médicalisés et du restaurant,
les résidents pourront prendre des cours de cuisine, assister à des specta-
cles –dont une gay pride-, faire du sport, participer à des activités cultu-
relles, etc. Et le concept semble plaire puisque tout a déjà été vendu.
États-Unis – Une étude sur le financement des retraites des
couples homosexuels gays et lesbiens
Steven Mock, un étudiant en doctorat de la section « Human Develop-
ment » à lʼUniversité de Cornell, a présenté en Février dernier une étude
sur lʼorganisation de la retraite chez les couples homosexuels. Affirmant
être les premiers à travailler sur la question, les trois chercheurs qui
constituaient son équipe ont souligné des attitudes spécifiques à lʼégard
des retraites chez ces couples. Les spécialistes ont interrogé 39 femmes
et 7 hommes tous homosexuels, parmi les 1 900 personnes du Cornell
Ecology of Careers study.
Selon un rapport publié fin janvier par Human Right Campaign, association de lut-
te contre la discrimination sexuelle, les couples homosexuels seraient contraints
de dépenser plus pour leur sécurité sociale (un supplément de 5 000 dollars par
an, soit 4 117 euros) et seraient taxés sur la transmission au conjoint de leur pen-
sion de retraite, contrairement aux couples mariés, qui seraient exemptés de tout
impôt. Les homosexuels –hommes ou femmes-, du fait même de lʼabsence de re-
connaissance légale de leur statut ne peuvent pas bénéficier des avantages finan-
ciers que peut procurer un conjoint -mutuelle ou assurance décès par exemple.