Un Oscar gai!

Le président de la Conférence nationale des évêques
du Brésil (CNBB) et archevêque de Bahia, Monsei-
gneur Geraldo Majella Agnelo, a reçu le «Trophée
Triangle Rose», un Oscar Gay symbolique décerné
par le Groupe Gay de Bahia (GGB) aux personnalités
ayant le mieux défendu les droits des homosexuels, a
indiqué vendredi à lʼAFP Marcelo Cerqueira, prési-
dent du GBB.
En 2005, Monseigneur Agnelo avait affirmé quʼil était «légitime que
les homosexuels revendiquent de pouvoir vivre dans une société où
leurs différences soient respectées sans discrimination ou persécution».
Selon M. Cerqueira «lʼhommage à lʼarchevêque Agnelo doit servir à
ouvrir un canal de communication plus effectif avec lʼEglise catholique
et à encourager la création dʼune pastorale exclusivement consacrée
aux homosexuels».
«Cette année, nous avons eu un peu de mal à dresser la liste des person-
nalités qui recevraient le trophée car beaucoup dʼentre elles ont soutenu
les homosexuels, ce qui montre que la société évolue», sʼest-il réjoui.
«Mais il y a encore du chemin à faire. Récemment lʼarchevêque de
Florianopolis (sud), Monseigneur Oscar Scheidt a tenu des propos dis-
criminatoires; il a affirmé que les homosexuels nʼétaient même pas des
personnes», a ajouté le responsable du GGB. Le président de la Cham-
bre des députés, le communiste Aldo Rebelo et le député et ex gué-
rillero, chef de file des Verts, Fernando Gabeira, ont également reçu un
hommage du GGB pour avoir «soutenu activement» le programme na-
tional du gouvernement Lula «Un Brésil sans homophobie», selon lui.
En 2003 les organisations homosexuelles du Brésil, pays comptant le
plus grand nombre de catholiques au monde, avaient lancé une cam-
pagne pour le reniement de la foi catholique afin de protester contre
lʼopposition du Vatican au mariage de personnes du même sexe.
La campagne dʼapostasie suivait le modèle de celle des homosexuels
espagnols, en signe de rejet de lʼintolérance de la hiérarchie catholique,
pour promouvoir la séparation légale et officielle de lʼEglise. Selon le
GBB, il y aurait au Brésil environ 17 millions dʼhomosexuels, soit un
Brésilien sur dix.