Vieillir gai : Hébergement et suivi médical

Les études démontrent que le suivi médical dans le cadre d’un hébergement pour les personnes retraitées et semi-autonomes est précurseur d’une amélioration de la qualité de vie et de la longévité.

Le Canada est premier au monde, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (O.N.U.) en terme de longévité résultant de l’accès universel et gratuit aux services de santé et aux médicaments.

Au Québec et au sein même de la communauté gaie, nous avons la chance de pouvoir prendre le contrôle de notre santé tout en recevant facilement l’encadrement nécessaire nous permettant de profiter plus longtemps de la vie, en bonne santé et avec une certaine autonomie. Mais lorsque les muscles deviennent un peu plus faibles et que les années font sentir tout leur poids, il est bon de savoir que les services d’hébergement et de suivi médial peuvent nous aider.

Le nouveau programme de maintien de la santé dont parle la Clinique l’Actuel dans sa publicité de la page 17 est un excellent exemple d’implication professionnelle orientée vers notre qualité de vie comme hommes gais. Le service offert par l’Actuel s’adresse aux hommes porteurs du VIH mais le concept est simple, universel et logique, il est définitivement accessible aux hommes gais en général.

“Vieillir est ennuyeux, mais c’est le seul moyen que l’on ait trouvé de vivre longtemps.” (Sainte-Beuve)

Le Complexe Maison Urbaine offre justement un service d’hébergement spécialisé pour hommes gais. Il offre tout le support dans les tâches quotidiennes qui enlèvent des épaules des résidants le fardeau des tâches qui sont les plus difficiles, de manière à permettre de faire autre chose, dans un environnement sécuritaire et surveillé.

Une fois son hébergement choisi, il devient intéressant de programmer un régiment personnel qui aura pour objectif de retarder les effets du vieillissement. Par exemple, le choix d’un médecin à proximité, si ce n’est directement sur place, constituera une décision stratégique qui permettra de traiter par une certaine médication les douleurs et raideurs, de surveiller certaines fonctions et problèmes éventuels avec le cholestérol, les reins ou le foie et il ne faut surtout pas hésiter à exiger une surveillance de ses taux hormonaux comme la testostérone, de manière à ne pas subir passivement les effets de ce manque d’hormone masculine sachant que l’on peut très bien traiter l’andropause. (Voir nos pages sur le sujet dans cette édition)

D’après Statistiques Canada, plus le suivi médical des personnes vieillissantes est assuré et accessible, et ce dès l’âge de 50 ans, plus la qualité de vie à long terme s’en ressent. La moyenne d’âge des hommes au Canada augmente à chaque année grâce à cela et on affirme même que l’homme canadien devrait dorénavant vivre facilement et en relativement bonne forme jusqu’à l’âge de 100 ans bientôt.

Tous ne veulent pas se retrouver dans une résidence spécialisée pour hommes gais, les places manqueraient évidemment, mais dans le cadre de son plan d’hébergement, que ce soit en appartement supervisé, en résidences pour personnes semi-autonomes ou dans un CHSLD (Centre Hospitalier de Soins de Longue Durée), tous peuvent accéder aux même services. Il suffit de faire savoir son intérêt à suivre un programme de contrôle du vieillissement, les CLSC peuvent aussi assurer un certain suivi dans les régions. L’important est de ne pas laisser ce processus naturel prendre toute la place. Un plan alimentaire riche en fibres et en protéines, associé à une thérapie de remplacement des hormones masculines et à un programme d’exercices spécifiques aux muscles et aux articulations feront toute la différence. Consultez votre médecin dès aujourd’hui et combattez le vieillissement à la source.