Qui est la femme lesbienne la plus connue de l’antiquité

Image

Jojo Ming

La femme lesbienne la plus connue de l’antiquité est probablement Sappho, une poétesse grecque originaire de l’île de Lesbos. Le nom de cette poétesse, Sappho, et l’île dont elle est originaire, Lesbos, sont à l’origine de l’emploi des termes « saphisme » pour parler de l’attirance entre femmes, et « lesbienne », pour désigner les femmes homosexuelles.

En s’appuyant sur des textes anciens, les historiens ont conclu qu’une communauté de jeunes filles et de jeunes femmes ont été instruites par Sappho. Peu de poèmes de Sappho sont parvenus jusqu’à nous, mais ceux qui le sont parlent de la vie quotidienne des femmes, de leurs relations et leurs rituels. Dans ces textes, Sappho insiste sur la beauté des femmes et proclame son amour des jeunes filles.

Dans l’Antiquité, si les femmes de Lesbos étaient réputées pour leur beauté, elles n’avaient pas encore cette réputation homosexuelle. Ainsi dans l’Iliade, Homère fait dire au roi Agamemnon « Et je donnerai encore à Achilles sept belles femmes lesbiennes, habiles aux travaux, qu’il a prises lui-même dans Lesbos bien peuplée, et que j’ai choisies, car elles étaient plus belles que toutes les autres femmes ».

Le mot lesbianisme est utilisé aujourd’hui pour décrire l’attirance sentimentale et sexuelle entre deux femmes. On parle aussi d’homosexualité féminine pour qualifier cette attirance, ou parfois de saphisme (terme lui aussi dérivé du nom de la poétesse grecque), voire de tribadisme, mais ce dernier terme, dans cette acception, est désuet, et généralement péjoratif. Le lesbianisme, en tant que concept utilisé pour différencier les femmes selon leur orientation sexuelle, est une construction du XXe siècle.

L’utilisation du terme « lesbianisme » pour décrire les relations érotiques entre femmes remonte au moins à 1870. En 1890, le mot apparaît dans un dictionnaire médical, comme adjectif désignant le tribadisme comme l’« amour lesbien ». Ces termes étaient utilisés indifféremment avec « saphisme » au tournant du XXe siècle. Dès 1925, « lesbienne » est utilisé comme féminin de « sodomite » – les deux termes ayant en commun de reposer sur une origine géographique antique métaphorique.

En conclusion, Sappho est considérée comme la femme lesbienne la plus connue de l’antiquité en raison de son influence sur la culture et la littérature grecques ainsi que sur l’utilisation des termes «saphisme» et « lesbienne ». Sa vie et son œuvre continuent d’être étudiées et célébrées aujourd’hui.