LE MYCOPLASMA GENITALIUM

QMI

Une nouvelle infection transmise sexuellement (ITS) inquiète de plus en plus les professionnels de la santé du Canada. Il s’agit du mycoplasma genitalium qui serait aujourd’hui une ITS commune à Toronto.

Cette infection, causée par une bactérie de très petite taille, a été découverte il y a une vingtaine d’années en Angleterre. Elle est bien présente aujourd’hui au Canada, a rapporté Global News mardi. De plus, elle est très contagieuse et résiste aux traitements.

L’épidémiologiste torontoise Dionne Gesink a publié récemment une première étude faisant état de la prolifération de cette ITS au Canada, plus précisément à Toronto.

«Non seulement le mycoplasma genitalium est aussi répandu que la chlamydia et la gonorrhée au Canada, il est ici depuis assez longtemps, et il n’a pas encore été véritablement traité», affirme la Dre Gesink.

Les symptômes du mycoplasma genitalium ressemblent à ceux de la chlamydia et de la gonorrhée, et peuvent entraîner des inflammations pelviennes et la stérilité. Toutefois, les traitements pour ces deux infections ne conviennent pas pour le combattre. Au contraire, ils la rendraient plus virulente.

Selon l’auteur de l’étude, les personnes touchées ont subi jusqu’à maintenant des traitements inadéquats. «La plupart des patients reçoivent des traitements beaucoup trop faibles qui ciblent d’autres parasites», a dit Dre Gesink à global News.

Le mycoplasma genitalium serait maintenant 10 fois plus commun que la syphilis, mais contrairement à cette maladie qui affecte presque exclusivement les hommes (97 %), cette nouvelle infection touche également les personnes des deux sexes. Dans l’étude, 1193 personnes ont été testées : 4,5 % des hommes et 3,2 % des femmes ont obtenu des résultats positifs. Dre Gesink et ses collègues ont récemment développé un test pour détecter cette infection et elle espère qu’il sera bientôt utilisé dans toutes les cliniques du Canada.

Le terme urétrite désigne une inflammation de l’urètre, soit le tube qui achemine l’urine vers l’extérieur du corps. La chlamydia et la gonorrhée sont des causes courantes de l’urétrite. Dans certains cas, cependant, les analyses d’urine et d’autres liquides ne permettent pas de déterminer la cause de l’urétrite. Lorsque cela arrive, et selon l’ampleur de la détresse causée par les symptômes, certains médecins choisissent de traiter leurs patients en présumant un diagnostic d’urétrite causée par la bactérie MG et/ou d’autres ITS. Chez la femme, l’infection à MG peut causer de l’inflammation dans l’urètre et le col de l’utérus (cervicite) et probablement dans l’utérus et les trompes de Fallope aussi.

Chez l’homme, l’urétrite peut provoquer l’un ou plusieurs des symptômes suivants :
1- mictions fréquentes ou sensation d’avoir besoin d’uriner
fréquemment
2- sensation de brûlure lors de la miction
3- douleur lors des relations sexuelles ou de l’éjaculation
4- écoulement du pénis