L’Histoire des drag queens au Québec

Image

Carle Jasmin

L’histoire des drag queens au Québec est riche, colorée et pleine d’histoires fascinantes qui reflètent l’évolution de la société québécoise et de la communauté LGBTQ+ au fil des décennies. Pour retracer cette histoire, nous devons remonter au début du 20e siècle, lorsque les premières drag queens ont commencé à émerger dans la Belle Province.

Au début du 20e siècle, la scène drag au Québec était confidentielle et souvent clandestine. Les soirées privées et les cabarets underground étaient les lieux où les premières drag queens se produisaient. Cependant, avec le temps, la scène s’est développée et diversifiée. Dans les années 1950 et 1960, des artistes comme Madame Arthur, une icône de la scène montréalaise, ont contribué à populariser le drag. Madame Arthur a ouvert un cabaret qui est devenu un lieu emblématique pour la communauté LGBTQ+ de Montréal.

Les années 1970 ont marqué un tournant majeur pour la scène drag au Québec. La montée du mouvement des droits des homosexuels a permis aux drag queens de sortir de l’ombre. Les clubs et les bars gays ont fleuri à Montréal, offrant des espaces sûrs pour les artistes drag. Les années 70 ont également vu l’émergence de personnalités majeures telles que Michel Dorion, une drag queen célèbre qui est devenue une figure emblématique de la scène montréalaise.

Les années 1980 ont apporté un nouveau défi avec l’arrivée du VIH/sida. La pandémie a touché durement la communauté LGBTQ+, mais les drag queens ont joué un rôle essentiel en sensibilisant le public à la maladie et en collectant des fonds pour la recherche. La drag queen Mado Lamotte est devenue une figure clé dans cette lutte, utilisant son influence pour soutenir les personnes touchées par le VIH/sida.

Dans les années 1990, la scène drag au Québec a continué de prospérer. Des clubs tels que le Cabaret Mado ont ouvert leurs portes et sont devenus des institutions pour la communauté LGBTQ+. La diversité des styles et des performances s’est élargie, allant des numéros comiques aux spectacles de lip-sync à couper le souffle.

Le 21e siècle a vu l’essor de la drag queen québécoise à l’échelle nationale et internationale. RuPaul’s Drag Race, une émission de télé-réalité sur laquelle des drag queens du monde entier concourent, a propulsé plusieurs artistes québécois sous les feux des projecteurs. Des queens telles que Priyanka et Rita Baga, originaires du Québec, ont remporté la compétition, devenant ainsi des ambassadrices de la scène drag du Québec à l’échelle internationale.

La scène drag québécoise continue d’évoluer, devenant de plus en plus inclusive. Elle accueille désormais des artistes de tous genres, identités de genre et origines culturelles. Les queens s’engagent activement dans des causes sociales, notamment la lutte contre l’homophobie et la transphobie. Les événements de drag sont devenus des lieux de célébration de la diversité et de l’acceptation.

En outre, des festivals de drag ont vu le jour, tels que le festival Fierté Montréal Drag, qui met en avant des talents locaux et internationaux. Ces événements sont l’occasion pour les drag queens de présenter leur art, de se connecter avec leur public et de célébrer leur identité.

La scène drag au Québec a parcouru un long chemin depuis ses débuts discrets au début du 20e siècle. Elle est devenue une partie intégrante de la culture québécoise, offrant divertissement, éducation et militantisme. Les drag queens du Québec ont joué un rôle essentiel dans la lutte pour l’égalité des droits et la visibilité de la communauté LGBTQ+. Leur histoire est une histoire d’audace, de créativité et de résilience, qui continue de s’écrire chaque jour.