Roman: Histoires Extraordinaires. Edgar Allan Poe (1856). Traduction française par Charles Beaudelaire.

Couverture du roman Histoires Extraordinaires

LIRE LE ROMAN ICI

« DOUBLE ASSASSINAT DES PLUS SINGULIERS.– Ce matin, vers trois heures,
les habitants du quartier Saint-Roch furent réveillés par une suite de cris effrayants,
qui semblaient venir du quatrième étage d’une maison de la rue Morgue, que l’on
savait occupée en totalité par une dame l’Espanaye et sa fille, mademoiselle Camille
l’Espanaye. Après quelques retards causés par des efforts infructueux pour se faire
ouvrir à l’amiable, la grande porte fut forcée avec une pince, et huit ou dix voisins
entrèrent, accompagnés de deux gendarmes.
Cependant les cris avaient cessé ; mais au moment où tout ce monde arrivait pêle-mêle
au premier étage, on distingua deux fortes voix, peut-être plus, qui semblaient se
disputer violemment, et venir de la partie supérieure de la maison. Quand on arriva au
second palier, ces bruits avaient également cessé, et tout était parfaitement tranquille.
Les voisins se répandirent de chambre en chambre. Arrivés à une vaste pièce située sur
le derrière, au quatrième étage, et dont on força la porte qui était fermée, avec la clef
en dedans, ils se trouvèrent en face d’un spectacle qui frappa tous les assistants d’une
terreur non moins grande que leur étonnement.
La chambre était dans le plus étrange désordre, – les meubles brisés et éparpillés dans
tous les sens. Il n’y avait qu’un lit, les matelas en avaient été arrachés et jetés au
milieu du parquet. Sur une chaise, on trouva un rasoir mouillé de sang ; dans l’âtre,
trois longues et fortes boucles de cheveux gris, qui semblaient avoir été violemment
arrachées avec leurs racines. Sur le parquet gisaient quatre napoléons, une boucle
d’oreille ornée d’une topaze, trois grandes cuillers d’argent, trois plus petites en métal
d’Alger, et deux sacs contenant environ quatre mille francs en or. Dans un coin, les
tiroirs d’une commode étaient ouverts et avaient sans doute été mis au pillage, bien
qu’on y ait trouvé plusieurs articles intacts. Un petit coffret de fer fut trouvé sous la
literie (non pas sous le bois de lit) ; il était ouvert, avec la clef dans la serrure. Il ne
contenait que quelques vieilles lettres et d’autres papiers sans importance.