L’amour dans l’Égypte antique

Chad G. Peters et Jojo Ming

L’amour occupait une place importante dans la société égyptienne antique et jouait un rôle central dans les relations interpersonnelles, les mariages, la famille et même la religion. Les Égyptiens antiques avaient plusieurs mots pour désigner l’amour, chacun avec des nuances différentes de sens. Voici quelques aspects importants de l’amour chez les Égyptiens antiques :

  1. L’amour conjugal : Le mariage était considéré comme un aspect crucial de la vie égyptienne, et il était souvent arrangé entre familles pour assurer la continuité de la lignée et la stabilité sociale. Cependant, il était également important que les époux s’aiment. Les inscriptions et les poèmes retrouvés sur des tombes et des papyrus suggèrent que l’amour, la tendresse et l’affection étaient valorisés dans les relations conjugales.
  2. L’amour filial : La relation entre parents et enfants était profondément respectée et aimante dans la société égyptienne. Les familles étaient étroitement liées et se souciaient les unes des autres. Les enfants étaient censés honorer et soutenir leurs parents tout au long de leur vie.
  3. L’amour divin : Les Égyptiens avaient une relation spéciale avec leurs dieux et déesses. Ils croyaient que les divinités pouvaient influencer leur vie quotidienne et leur avenir. De nombreux temples étaient dédiés à des divinités associées à l’amour et à la fertilité, comme Isis et Hathor. Les Égyptiens adressaient des prières et des offrandes aux dieux pour obtenir leur faveur et leur bénédiction.
  4. L’amour romantique : Les Égyptiens antiques avaient aussi des relations romantiques, bien que les preuves historiques soient plus rares à ce sujet. Des poèmes d’amour égyptiens, tels que « Le chant d’amour pour Nany », ont été retrouvés et témoignent d’un sentiment amoureux profond et passionné. Ces poèmes décrivent souvent l’amour entre un homme et une femme, évoquant leur beauté, leur désir et leur douleur d’amour non partagé.
  5. L’amitié : L’amitié était également une valeur importante chez les Égyptiens antiques. Les relations amicales étaient considérées comme bénéfiques et épanouissantes pour le bien-être émotionnel et spirituel.

Les anciens Égyptiens avaient une vision de l’amour, du sexe et du mariage qui était très différente de la nôtre. Pour eux, le sexe était un élément de base de la vie, au même titre que manger et dormir, et donc pas quelque chose dont on se moque, dont on a honte ou qu’on éviteLa poésie est une source remarquable d’information sur les questions de cœur et de libido dans l’Égypte ancienne. Le mariage dans l’Égypte antique pouvait revêtir des formes très diverses. Le point commun qui relie ces notions est la volonté de former un couple à l’image des divinités égyptiennes qui possèdent, presque toutes, leur parèdre. Les garçons se mariaient vers vingt ans alors que les filles se mariaient vers quinze à dix-huit ans.

Dans l’Égypte antique, il existe des preuves et des représentations qui suggèrent que l’amour homosexuel était présent dans la société, bien que sa perception et son acceptation aient pu varier à travers le temps et les régions.

Certaines inscriptions, poèmes et images datant de l’Égypte antique suggèrent l’existence de relations intimes entre personnes du même sexe. Parmi les exemples les plus célèbres, on trouve les « Textes des pyramides » qui datent de l’Ancien Empire (vers 2686-2181 av. J.-C.). Ces textes funéraires mentionnent la possibilité pour un homme d’entrer dans l’au-delà en compagnie de son amant, qui pourrait être un autre homme.

Une autre preuve concrète est le papyrus érotique de Turin, datant du Nouvel Empire (vers 1550-1070 av. J.-C.), qui représente des scènes d’actes sexuels entre hommes.

Cependant, il est essentiel de se rappeler que l’Égypte antique était une société complexe avec des normes sociales et culturelles différentes de celles que nous avons aujourd’hui. L’amour homosexuel aurait probablement été vu d’une manière différente de ce que nous considérons comme normal ou acceptable de nos jours.

Dans l’ensemble, les preuves sont limitées et il est difficile de déterminer avec précision comment l’amour homosexuel était perçu ou pratiqué dans l’Égypte antique. La sexualité dans l’histoire ancienne est souvent difficile à saisir en raison de la rareté des sources et des différences culturelles importantes entre les sociétés anciennes et contemporaines.

Les historiens et les égyptologues débattent des opinions que la société égyptienne antique avait sur l’homosexualité. Seuls quelques indices directs subsistent, et de nombreuses indications possibles sont vagues et sujettes à spéculation. Le cas le plus connu d’homosexualité possible en Égypte ancienne est celui des deux hauts fonctionnaires Nyankh-Khnum et Khnum-hotep. Les deux hommes ont vécu et servi sous le pharaon Niuserre pendant la 5ème dynastie (c. 2494 –2345 av. J.-C.)

Il est essentiel de noter que la perception de l’amour et les pratiques sociales dans l’Égypte antique pouvaient varier selon les époques et les régions. De plus, les sources historiques nous offrent seulement un aperçu limité de la vie quotidienne et des émotions des anciens Égyptiens. Malgré cela, nous pouvons conclure que l’amour occupait une place centrale dans la société égyptienne, où les relations familiales, amoureuses et spirituelles étaient considérées avec respect et importance.