Le test rapide antigène COVID-19 : Comment fonctionne-t-il

Image

Jojo Ming (image: CBC)

Les tests rapides antigène COVID-19 sont devenus une composante essentielle de la lutte mondiale contre la pandémie. Ils offrent un moyen rapide et efficace de détecter la présence du virus SARS-CoV-2, permettant ainsi d’identifier rapidement les personnes infectées et de prendre des mesures appropriées pour freiner la propagation du virus. Dans cet article, nous allons explorer en détail comment fonctionne le test rapide antigène COVID-19.

Les bases de la détection d’antigènes

Pour comprendre le fonctionnement du test rapide antigène COVID-19, il est important de connaître quelques notions de base sur la biologie des virus et le système immunitaire. Les virus, y compris le SARS-CoV-2, sont constitués de protéines et de matériel génétique. Le système immunitaire du corps produit des anticorps pour lutter contre les infections virales en ciblant les protéines spécifiques présentes à la surface du virus, appelées antigènes.

Le test rapide antigène COVID-19 repose sur la détection de ces antigènes viraux spécifiques présents dans les échantillons prélevés chez les patients.

Prélèvement de l’échantillon

Le processus de test commence par le prélèvement d’un échantillon biologique, généralement un écouvillon nasal ou un échantillon de salive. Le professionnel de la santé insère l’écouvillon nasal dans les narines du patient ou recueille un échantillon de salive dans un récipient stérile. L’objectif est de collecter des échantillons contenant des particules virales potentielles.

Libération des antigènes

Après le prélèvement de l’échantillon, il est nécessaire de libérer les antigènes viraux. Pour ce faire, l’échantillon est traité avec un réactif, généralement une solution saline ou un tampon, qui aide à rompre les enveloppes lipidiques du virus et à libérer les protéines virales, y compris les antigènes spécifiques du SARS-CoV-2.

Interaction avec les anticorps

Le test rapide antigène COVID-19 repose sur la réaction entre les antigènes libérés de la particule virale et les anticorps spécifiques produits par le système immunitaire. Les tests utilisent généralement des anticorps monoclonaux qui ont été spécialement conçus pour se lier aux antigènes du virus SARS-CoV-2.

Les anticorps sont généralement attachés à une surface, comme une bandelette de test, une puce ou un tube réactif. Lorsque l’échantillon contenant les antigènes viraux est appliqué sur la surface où se trouvent les anticorps, une réaction se produit si les antigènes sont présents.

Formation du complexe antigène-anticorps

Si l’échantillon contient des antigènes viraux du SARS-CoV-2, ils se lient spécifiquement aux anticorps présents sur la surface du test. Cette interaction forme un complexe antigène-anticorps qui peut être détecté par une réaction chimique ou une méthode de détection spécifique.

La révélation du résultat

La manière dont le résultat est révélé dépend du type de test rapide antigène utilisé. Il existe plusieurs formats, notamment les tests de bandelette, les tests de fluide par chromatographie, les tests de fluorescence, et d’autres méthodes similaires.

  • Tests de bandelette : Dans ce format courant, une bandelette contenant des anticorps spécifiques est imprégnée de l’échantillon. Si des antigènes du virus sont présents, ils se lient aux anticorps et forment une ligne colorée visible sur la bandelette. La présence de cette ligne indique un résultat positif.
  • Tests de fluide par chromatographie : Ces tests fonctionnent sur le même principe que les tests de bandelette, mais ils utilisent un fluide, généralement une solution tampon, pour faire migrer l’échantillon à travers une membrane spéciale. La formation d’une ligne colorée indique également un résultat positif.
  • Tests de fluorescence : Dans ce format, les anticorps sont marqués par une substance fluorescente. Si des antigènes du virus se lient aux anticorps, ils émettent une fluorescence détectable sous une lumière ultraviolette (UV) ou un laser, indiquant un résultat positif.

Le résultat est généralement lu après un certain temps de réaction, qui varie d’un test à l’autre, mais qui est généralement rapide, en quelques minutes.

Les avantages des tests rapides antigène COVID-19

Les tests rapides antigène COVID-19 présentent plusieurs avantages importants :

  • Rapidité : Comme leur nom l’indique, ces tests fournissent des résultats rapidement, souvent en moins de 30 minutes. Cela les rend particulièrement utiles pour des situations où une réponse immédiate est nécessaire, comme les contrôles à l’entrée d’événements ou les tests préalables à un voyage.
  • Simplicité : Les tests rapides antigène sont relativement simples à effectuer, ne nécessitant pas de laboratoire spécialisé ni d’équipement sophistiqué. Ils peuvent être effectués dans un environnement de soins de santé, mais aussi dans des centres de dépistage temporaires, des aéroports ou même à domicile dans certains cas.
  • Coût : Les tests rapides antigène sont souvent moins coûteux que les tests PCR (réaction en chaîne par polymérase) plus complexes, ce qui les rend plus accessibles pour un dépistage à grande échelle.

Les limitations et les considérations

Bien que les tests rapides antigène COVID-19 présentent de nombreux avantages, ils ont également des limites à prendre en compte :

  • Sensibilité : Les tests antigène sont généralement moins sensibles que les tests PCR, ce qui signifie qu’ils peuvent avoir un taux de faux négatifs légèrement plus élevé. Cela signifie qu’il est possible d’obtenir un résultat négatif même si une personne est infectée, en particulier si la charge virale est faible.
  • Spécificité : Les tests antigène peuvent également avoir un taux de faux positifs légèrement plus élevé, ce qui signifie qu’ils peuvent indiquer une infection même si elle n’est pas présente. Cependant, cela peut souvent être corrigé par un test PCR de confirmation.
  • Durée de validité : Les tests rapides antigène COVID-19 peuvent être sensibles à la durée depuis l’infection. Ils sont généralement plus fiables pour détecter le virus lorsque la personne est la plus contagieuse, généralement quelques jours après l’exposition.