Les manifestations de l’homosexualité dans les écritures antiques

Image

Chad G. Peters

L’homosexualité, ou l’attirance romantique et sexuelle entre des individus du même sexe, a été présente dans l’histoire de l’humanité depuis des millénaires. Les écritures antiques, qu’elles soient sous forme de textes, de poésie, de documents juridiques ou de représentations artistiques, offrent un aperçu fascinant des attitudes et des manifestations de l’homosexualité à travers différentes cultures et époques.

  1. La Grèce antique : L’amour entre hommes. L’ancienne Grèce est souvent citée comme l’un des exemples les plus emblématiques de l’acceptation et de la manifestation de l’homosexualité dans l’Antiquité. Les Grecs avaient une terminologie spécifique pour décrire différents types d’amour, y compris l’amour entre hommes, connu sous le nom d' »érôs ». Il y avait une tradition culturelle de l’éducation des jeunes hommes par des hommes plus âgés, ce qui pouvait souvent inclure des relations sexuelles et émotionnelles. Les poètes grecs, comme Sappho et Anacréon, ont également célébré l’amour entre personnes du même sexe dans leurs œuvres.
  2. Rome antique : Une complexité juridique. À Rome, les attitudes envers l’homosexualité étaient plus nuancées. Il existait des lois contre la sodomie, mais elles étaient rarement appliquées de manière stricte. Les empereurs romains, comme Néron, avaient des relations homosexuelles ouvertement. Dans le même temps, l’homosexualité était souvent associée à la masculinité et à la virilité dans la culture romaine, ce qui pouvait créer une tension entre les interdictions légales et les pratiques sociales.
  3. L’Inde ancienne : Kamasutra et le troisième sexe. L’Inde ancienne avait des perspectives variées sur la sexualité. Le Kamasutra, un texte ancien sur l’art de l’amour, reconnaissait l’existence de l’homosexualité, mais il mettait également en avant l’importance de la procréation. L’Inde ancienne avait également une catégorie sociale connue sous le nom d' »hijra », qui comprenait des personnes de genres variés, y compris des hommes castrés, qui jouaient parfois un rôle rituel dans les mariages.
  4. La Chine antique : Les relations entre lettrés. En Chine, les relations homosexuelles étaient documentées dès l’Antiquité, en particulier parmi les lettrés et les intellectuels. Les poètes chinois, tels que Li Bai et Du Fu, ont écrit des poèmes décrivant l’amour entre hommes. Cependant, la société chinoise ancienne avait également des attentes strictes en matière de mariage hétérosexuel et de procréation, ce qui pouvait créer des tensions pour les personnes impliquées dans des relations homosexuelles.
  5. L’Égypte ancienne : Ambiguïté et symbolisme. Dans l’Égypte ancienne, l’homosexualité était parfois évoquée dans des contextes religieux et symboliques. Par exemple, les dieux Horus et Seth étaient parfois représentés comme des amants, bien que ces représentations fussent souvent symboliques. Cependant, il existe des preuves archéologiques d’hommes enterrés ensemble dans des tombes égyptiennes, suggérant des relations intimes.
  6. Les Amériques précolombiennes : Les cultures autochtones. Les civilisations autochtones des Amériques précolombiennes avaient également des manifestations de l’homosexualité. Par exemple, les Aztèques avaient un terme, « tlacatlaca », pour décrire les hommes qui vivaient comme des femmes et entretenaient des relations homosexuelles. Dans la culture amérindienne des Zunis, les « berdaches » étaient des individus biologiquement masculins qui adoptaient des rôles féminins et pouvaient avoir des relations avec d’autres hommes.
  7. Le Moyen-Orient antique : L’ambiguïté des harems. Dans certaines sociétés du Moyen-Orient antique, il existait des harems composés de femmes, mais également de jeunes hommes et d’eunuques. Les relations sexuelles entre les membres du harem étaient courantes, bien que la documentation à ce sujet soit souvent ambiguë en ce qui concerne la nature exacte de ces relations.