MST : Une nouvelle souche résistante aux antibiotiques La gonorrhée résistante arrive en ville!

Selon France Soir edito@gglobetv.com

Photo

Google

Un nouveau type de gonor- rhée résistant au traitement antibiotique a été décrit par une équipe internationale de chercheurs.

«C’est une découverte à la fois alarmante et prévisible» s’in- quiète le Dr Magnus Unemo, du «Laboratoire suédois de référence pour le pathogène neisseria». Le scientifique et ses collègues ont annoncé l’identification d’une nouvelle souche de la bactérie Neis- seria gonorrhoeae résistante aux traitements antibiotiques. Cette bactérie est responsable de la gonorrhée (ou blennorra- gie), une infection sexuellement transmissible et facilement trai- table.

En l’analysant, l’équipe scienti- fique a observé des mutations génétiques conférant une forte résistance à toutes les classes d’antibiotiques de type cepha- losporines, un des derniers traitements efficaces pour cette infection.

«Depuis que les antibiotiques sont devenus le traitement de base pour la gonorrhée dans les années 40, cette bactérie a montré une capacité remar- quable à développer des méca- nismes de résistance à tous les médicaments présentés pour la combattre» explique le Dr Unemo.

Pour près de la moitié des fem- mes contaminées et pour 2 à 5% des hommes, la gonorrhée est asymptomatique. Dans les autres cas, elle peut notam- ment provoquer des douleurs en urinant ou des écoulements péniens. Non traitée, elle peut mener à de sévères complica- tions, dont la stérilité.

Les bébés nés d’une mère in- fectée présentent d’ailleurs un risque plus important de déve- lopper des infections sangui- nes, articulaires ou oculaires. Notez que l’infection augmente également la possibilité de contracter et de transmettre le virus HIV.

Pour le moment, les scientifi- ques restent flous sur l’ampleur de cette souche résistante dans le monde, mais le Dr Une- mo précise qu’elle pourrait vite s’étendre si de nouveaux trai- tements efficaces ne sont pas développés rapidement. Il s’agit donc d’une potentielle future menace pour la santé publique. Le scientifique et ses collè- gues dévoileront les détails de cette découverte lors de la 19e conférence de la Société inter- nationale pour la recherche sur les maladies sexuellement transmissibles, qui se déroule jusqu’à mercredi à Québec.

Une mauvaise hygiè-

ne de vie peut ruiner

votre sexualité

(Selon Canoë)

La suralimentation, la sédenta- rité, le tabagisme, la consom- mation de drogue et d’alcool peuvent endommager votre libido. Selon une étude danoi- se publiée récemment dans le Journal of Sexual Medicine, ces facteurs contribueraient aux déficiences sexuelles de ces messieurs, et une mau- vaise hygiène de vie serait plus courante chez les personnes sans activité sexuelle.