LA MG RÉSISTANTE Les échecs suscitent de l’inquiétude

PVSQ

Transmise par voie sexuelle, la bactérie Mycoplasma genitalium (MG) peut causer de l’inflammation dans les voies urinaires et génitales de l’homme et de la femme. Ce microbe serait aussi à l’origine d’autres problèmes, dont certains cas d’arthrite.

Contrairement aux autres infections transmissibles sexuellement (ITS) comme la gonorrhée, les tests de résistance utilisés pour les mycoplasmes sont très compliqués. Certains laboratoires ont recours aux tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN) pour détecter la bactérie MG. Or les TAAN sont inutiles pour déceler la résistance aux antibiotiques, et la détection de la bactérie MG par les TAAN ne se fait généralement pas en dehors des laboratoires de recherche. De plus, les techniques utilisées pour évaluer la résistance de la bactérie MG aux antibiotiques ne sont pas largement disponibles. Depuis une décennie, l’antibiotique azithromycine se montre généralement efficace contre l’infection à MG. Toutefois, à en croire des rapports provenant de plusieurs pays à revenu élevé, dont l’Australie, le Danemark, la France, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis, l’infection à MG aurait récemment acquis une résistance à l’azithromycine. Dans certaines régions, l’azithromycine est efficace contre 40 % des cas d’infection à MG seulement.

Bien que des expériences de laboratoire sur la bactérie MG portent à croire qu’un autre antibiotique appelé doxycycline empêche la croissance de celle-ci, les taux de guérison sont généralement faibles. L’Avelox s’est déjà révélé une bonne option de traitement pour l’infection à MG.

Des rapports faisant état d’échecs thérapeutiques liés à la moxifloxacine ont toutefois vu le jour dernièrement.

Quoique peu nombreux à l’heure actuelle, les rapports d’échecs thérapeutiques sous moxifloxacine sont inquiétants parce qu’on ne sait pas clairement ce qui reste comme options de traitement.

De plus, dans certains cas, les médecins ont de la difficulté à cerner l’origine de la résistance de la bactérie MG aux antibiotiques. Les chercheurs ont également découvert quatre cas où des participants n’ayant jamais reçu d’azithromycine avaient une souche de MG portant les gènes associés à la résistance à ce médicament. Ce résultat porte à croire que les souches en question ont été transmises sexuellement.

Entre-temps, la meilleure façon de prévenir la transmission de la bactérie MG (et de la gonorrhée, de la chlamydia, du VIH et de nombreuses autres ITS) continue d’être l’utilisation correcte et régulière du condom.