La nourriture idéale pour votre animal domestique!

 

Par Le National
© Roger-Luc Chayer / Le National

Un animal domestique bien alimenté aura une vie beaucoup plus longue et de bonne qualité.

avec la collaboration de Nourri-Bêtes

La nutrition (la transformation et l’utilisation des aliments par un organisme) est un sujet complexe. En gros, on peut dire qu’un animal se nourrit pour obtenir 6 nutriments de base.

1. l’eau 2. les protéines 3. les gras 4. les hydrates de carbone 5. les vitamines 6. les minéraux. Nous expliquerons donc chacun de ces nutriments et regarderons comment ils interagissent entre eux.

1. L’EAU : L’eau est le nutriment le plus important. Un animal peut perdre tout son gras, la moitié de ses protéines (muscles) mais si il perd 10% de son eau, il meurt. L’eau représente environ 56 % du poids d’un chien. Un animal absorbe l’eau dont il a besoin de 2 façons : en buvant et lors de la métabolisation (la transformation et l’utilisation) des gras, des protéines et des hydrates de carbone. L’eau assume plusieurs fonctions : elle sert de solvant pour les réactions chimiques, disperse la chaleur, régularise la température corporelle, assure le transport des nutriments aux cellules et permet l’éliminations des déchets. On évalue qu’un chien a besoin à chaque jour d’environ 40 à 60 ml d’eau par kilo de poids (1 once de liquide par livre). Un Golden Retriever de 34 kg (75 lbs) aura donc besoin de boire environ 1700 ml, soit près de 7 tasses d’eau pour une journée normale !

2. LES PROTÉINES : Les protéines sont probablement le nutriment dont on parle le plus. Il est évident que les protéines sont un nutriment important mais l’importance qu’on leur accorde est parfois surévaluée. D’abord, qu’est-ce qu’une protéine ? Une protéine est une chaîne d’acides aminés. Les acides aminés sont comme les maillons et leur disposition (ordre) détermine la « nature » de la protéine. Les acides aminés sont classés en 2 groupes: les essentiels qui ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme et les non-essentiels qui sont synthétisés par l’organisme.

En plus d’être présents dans la nourriture, les acides aminés essentiels doivent respecter certaines proportions: Acides aminés essentiels chez le chien. Besoin minimun journalier (mg/kg de poids) Arginine 22 Histidine 10 Leucine 48 Isoleucine 32 Lysine 31 Phénylalanine 23 Méthionine 9 Thréonine 20 Tryptophane 6 Valine 30 Taurine (chat seul) 7.

Les protéines jouent un rôle dans presque toutes les réactions biochimiques qui se produisent dans un organisme. Elles sont essentielles à la croissance puisqu’elles sont les « briques » à la base de la formation des muscles et des tissus. Elles ont un rôle important dans les systèmes immunitaire, sanguin, hormonal et digestif. Elles sont à la base de la peau, des poils et des griffes. Bref, elles sont présentes partout ! Les sources de protéines : On détermine la valeur d’une source de protéine selon un facteur appelé Valeur Biologique (VB). La valeur biologique, c’est la capacité d’une source de protéine à fournir tous les acides aminés essentiels dans les proportions requises. La VB varie selon les animaux. Une source de protéines avec une VP de 97 pour un chien, n’aurait peut-être qu’une VB de 24 pour une vache ! Une seule source de protéine pourrait fournir tous les acides aminés essentiels dans les bonnes proportions pour les carnivores et c’est l’oeuf. Les scientifiques ont donc donné à l’oeuf une VB arbitraire de 100. Ils ont ensuite classé les autres sources de protéine en fonction de cette valeur. Plus un ingrédient a une VB élevée, moins il en faut pour combler les besoins de l’animal. Les animaux ont des besoins en acides aminés, non en protéines. La quantité de protéines nécessaire varie selon la capacité de cette source protéine à combler les besoins en acides aminés essentiels.

Sources de protéines. Valeur biologique (VB) oeuf 100 Poulet 97 Agneau 89 Cheval 87 Foie 79 Boeuf 78 Soya 67 Blé entier 48 Mais entier 45. Les sources de protéine avec une VB inférieure à 60 ne peuvent combler à elles seules les besoins d’un chien en acides aminés essentiels, peut importe la quantité consommée. Les mythes au sujet des protéines : a) Un taux (%) élevé de protéines est dommageable pour les reins : aucune étude scientifique n’a pu démontrer clairement qu’un taux élevé de protéine pouvait causer des dommages chez des chiens en bonne santé.

Qu’est-ce qu’un taux élevé de protéines ? Comparons une nourriture sèche « haut de gamme », une nourriture sèche de type « épicerie » et une nourriture en conserve. « haut de gamme » « épicerie » Conserve % de protéines 30% 21% 8% Humidité 10% 10% 76% de matière sèche 90% 90% 24% de protéines (MS)* 33% 23% 33% Qté consommée par un chien de 35 kg 300 gr. 500 gr. 1206 gr. Qté totale de protéines consommées 90 gr 105 gr. 97 gr. * sur base de matière sèche (MS= valeur % divisé par le % de matière sèche) Ce qui est important donc, c’est la qualité des protéines et non la quantité ! b)Un chien qui travaille a besoin de consommer beaucoup plus de protéines : Un chien qui dépense de l’énergie a besoin de consommer plus d’énergie. Les protéines peuvent être utilisées comme source d’énergie, mais avec seulement 4 calories/g. d’énergie, le gras est une source d’énergie bien meilleure et beaucoup plus économique.

3. LES GRAS : Les gras (lipides) sont en fait un « mélange d’acides gras », certains essentiels, d’autres moins. Les 2 acides gras dont on entend le plus souvent parler sont l’acide linoléique et l’acide arachidonique. Les chiens et les chats ont besoin que leur nourriture contienne environ 1 % d’acide linoléique sur une base de matière sèche. Les recherches n’ont pas à ce jour démontré les effets d’un surplus d’acide linoléique. Les chats ont de plus besoin d’acide arachidonique, que l’on ne retrouve que dans les sources de gras d’origine animale. Certaines recherches parlent aussi du ratio d’acides gras Omega3/Omega6, qui serait un facteur important à considérer. Comme ces recherches se basent sur des données « humaines » et que personne n’a jusqu’à présent pu prouver clairement quelle devrait être la valeur de ce ratio, nous croyons que ces 2 acides gras essentiels doivent être présents dans la nourriture, mais que le ratio précis n’est pas encore déterminé.

Le gras joue plusieurs rôles importants dans l’organisme : – Fournit l’énergie – Isole et protège – Régularise le métabolisme – Permet l’absorption et les transport des vitamines liposolubles – Compose la membrane cellulaire. Le gras a un autre rôle très important : Il améliore le goût de la nourriture ! Les sources de gras : Une bonne source de gras doit être liquide à la température du corps de l’animal et contenir un ratio équilibré d’acides gras essentiels.

Composition de certaines sources de gras Acide linoléique % Acide arachidonique % Porc 18.3 0.3-1.0 Volaille 22.3 0.5-1.0 Suif 4.3 0.0-0.2 Poisson (huile) 2.7 20.0-25.0 Mais (huile) 55.4 ———- Noix de coco (huile) 1.1 ———- Lin (huile) 13.9 ———- Carthame (huile) 72.7 ———- Les sources de gras d’origine animale ou végétale sont équivalentes au niveau du taux de digestibilité et de l’apport énergétique mais les sources de gras d’origine animale sont nettement supérieures au niveau du goût. De plus les gras animaux ont généralement un ratio d’acides gras essentiels plus équilibré. Il y a encore de nombreuses questions sans réponses au sujet du gras dans la nutrition de nos animaux : pourquoi les chiens ne font pas d’artériosclérose ? Pourquoi les chiens nourris avec une nourriture riche en cholestérol n’ont pas de problèmes comme les humains ?

4. LES HYDRATES DE CARBONE : Les hydrates de carbone (glucides), ce sont les sucres. Il existe 3 sortes de sucres. Les sucres simples ou monosaccharides (glucose), les sucres composés ou disaccharides (sucrose ou sucre de table) et les sucres complexes ou polysaccharides (amidon, cellulose) aussi appelés fibres. Les sucres composés et complexes ne sont en fait que des chaînes de sucres simples. Ces 3 sortes de sucre sont divisées en 2 catégories : solubles (simples et composés) et insolubles (fibres). Les hydrates de carbone sont tous d’origine végétale sauf un : le glycogène qui est d’origine animale. C’est la quantité totale de sucres solubles présents dans une nourriture que l’on nomme NFE (Nitrogen Free Extract).

Les carnivores ne peuvent assimiler que les sucres solubles. Ils ne peuvent pas comme les herbivores briser les chaînes des sucres insolubles. Ils ne sont donc pas assimilés et sont rejetés par l’animal. Pour pouvoir être assimilés, les sucres composés doivent être brisés en sucres simples. Chaque sucre composé a un enzyme spécifique pour briser le lien entre les 2 sucres simples. Sucres composés Sucres simples Enzymes Maltose Glucose-glucose Maltase Sucrose Fructose-glucose Sucrase Lactose Galactose-glucose Lactase Amidon (sucre complexe) Glucose-glucose-glucose Amylase (dans la salive) Les hydrates de carbone ont plusieurs rôles selon qu’il soient simples ou complexes. Les simples et les composés serviront de source d’éneergie à court terme. Les complexes (fibres) serviront à aider au bon fonctionnement du système digestif et à l’absorption des gras.

Les sources d’hydrates de carbone : Les sources d’hydrates de carbone sont divisées en deux, les sources de sucre soluble et les sources de fibres. Les sources de sucres solubles sont le Mais, le riz, le blé, les autres céréales et les dérivés de produits laitiers. Les sources de fibres sont la pulpe de betterave, la cellulose en poudre, les graines de tomates moulues, les écorces de riz et les écailles d’arachides moulues. Une bonne source de fibres doit fournir des fibres qui ne sont pas irritantes pour le système digestif de l’animal et qui fermentent peu. Les meilleures sources de fibres sont la pulpe de betterave et la cellulose en poudre. Il est à noter qu’aucune recherche scientifique n’a pu prouver qu’il y a une relation entre la couleur rousse du pelage (redcoat) apparaissant chez certains chiens et la pulpe de betterave.

5. LES VITAMINES : Les vitamines sont des molécules qui maintiennent et aident certaines fonctions biologiques. Elles sont divisées en 2 groupes : les liposolubles (solubles dans le gras, telles que les vitamines A, D, E et K) et les hydrosolubles (solubles dans l’eau, telles que le complexe B et la vitamine C). Les vitamines sont très complexes et les besoins varient selon les espèces animales. Les primates, les cobayes et les humains ont besoin d’un apport de vitamine c alors que toutes les autres espèces peuvent la synthétiser. Les chats ne sont pas capables de convertir la béta-carotène en vitamine A et ont donc besoin de celle-ci. Même chose pour la niacine et de plus, comme les chats consomment beaucoup de viande, ils ont aussi besoin d’une grande quantité de vitamine B6 (pyridoxine) afin d’assurer une bonne digestion des protéines animales. Les vitamines ont des rôles très variés. En voici un bref aperçu : – Vitamine A : reproduction, vision et maintient du pelage – Vitamine D : métabolisme du calcium et du phosphore (os et dents) – Vitamine E : sexualité et antioxydant – Vitamine K : coagulation du sang – Vitamine C : « garde-malade » – Complexe B : enzymes, métabolisme, pelage, digestion, système nerveux.

Les sources de vitamines sont tout aussi variées que celles-ci mais règle générale, les nourritures de bonne qualité assurent un apport complet et équilibré de vitamines. L’ajout de suppléments détruit cet équilibre et peut occasionner des problèmes graves.

6. LES MINÉRAUX : Les minéraux sont des composés inorganiques qui jouent plusieurs rôles essentiels dans l’organisme. Ils sont classés en 2 groupes selon la quantité nécessaire. Macrominéraux (%) Microminéraux (ppm ou mg/kg) Calcium Fer Phosphore Cuivre Magnésium Zinc Sodium Manganèse Potassium Iode Chlore Sélénium.

L’équilibre entre les minéraux est beaucoup plus important que la quantité de chacun des minéraux. Les inter-relations entre chacun d’eux est complexe et plusieurs sont interdépendents et/ou influent sur les autres.