Le Fil de Presse du VIH/SIDA

Image

VIH-SIDA : L’édition du génome pour vider définitivement les réservoirs

Selon: Santelog.com – Cette nouvelle technique, basée sur l’édition du génome, semble pouvoir éliminer en toute sécurité et efficacement le virus de type VIH, des génomes de primates non humains. Ces travaux, menés à la Temple University et publiés dans la revue Gene Therapy, promettent un nouveau traitement, en 1 seule injection, capable d’éliminer des réservoirs où le virus se dissimule parfois pendant des années et constituent une avancée révolutionnaire dans la génération d’un remède contre le VIH / SIDA chez l’Homme.

Le virus VIH du SIDA devient résistant à certains médicaments

Selon: Science et Vie – Le VIH, responsable du SIDA, montre une résis-tance au Dolutégravir, l’un des médicaments antiviraux les plus utilisés et les plus efficaces. Les scientifiques ont souhaité comprendre pourquoi et ont déterminé que cette résistance provenait des structures protéiques du virus.

Des études précédentes ont permis de découvrir la structure 3D de cette intégrase et de comprendre comment le Dolutégravir se lie à elle pour la rendre non fonctionnelle. Cependant, les mutations du virus auraient permis à cette protéine de changer de structure et de rendre le médicament inefficace. Au vu de cette importante résistance au Dolutégravir, et, par conséquent, à d’autres traitements antiviraux, les chercheurs ont souhaité mettre au point un nouveau médicament.

Ils ont ainsi développé et testé un médicament anti-VIH expérimental, qu’ils ont nommé 4d. Son but est de bloquer l’action des protéines intégrases mutantes et résistantes. Pour toutes les variantes de protéines testées, les scientifiques ont observé que 4d arrivait à bloquer encore efficacement la protéine intégrase du virus VIH. 

Réservoirs du VIH: deux autopsies livrent leurs secrets

Selon: Université de Montréal – Un petit nombre de cellules infectées par le VIH persistent sur le long terme dans les tissus en dépit de la trithérapie que suivent les patients. Les scientifiques connaissent depuis longtemps l’existence de ces réservoirs, véritables obstacles à la guérison. Dans l’étude que publie la revue Cell Reports, les scientifiques révèlent que les virus intacts, responsables du rebond viral si la trithérapie est interrompue, se concentrent dans les tissus profonds de la rate et des ganglions, des organes du système immunitaire. «Ces résultats, nous les devons d’abord à la générosité de deux Canadiens en fin de vie, atteints du VIH et traités par trithérapie. En donnant leur corps à la science, ces hommes ont contribué à nos travaux de façon unique, dit Nicolas Chomont. C’est extrêmement rare de pouvoir observer post mortem s’il y a présence ou non de réservoirs viraux dans autant d’organes d’un même corps humain. Une quinzaine dans ce cas-ci.»