LE FIL DE PRESSE DU VIH/SIDA

Photo

VIH, herpès : un lubrifiant à base de mucus de vache pourrait protéger contre ces IST

Selon Pourquoi Docteur – Une étude récemment publiée dans Advanced Science montre que le mucus des bovins offre une protection contre l’infection par le virus responsable du sida et contre l’herpès. Des tests en laboratoire prouvent qu’un lubrifiant à base de mucus de vache est efficace à 70 % contre le VIH et à 80 % contre l’herpès. Le mucus est le liquide produit par les muqueuses, il sert parfois de filtre à l’organisme en présence de poussière ou de fumée, par exemple. « Le mucus est un gel auto-cicatrisant, qui offre une protection contre les virus en se liant aux virus plus petits que la taille des mailles du gel et en les éliminant de la surface muqueuse par renouvellement actif du mucus », ajoutent les auteurs de cette étude, des chercheurs de Stockholm.  La protéine mucine est l’un des principaux composés de cette substance, et est connue pour ses propriétés antivirales. 

SIDA: un nouveau type de réservoir à cibler pour éradiquer le VIH-1

Selon Techno-Science.net – Un des obstacles majeurs à la guérison des patients infectés par le VIH-1 est la persistance des virus cachés dans des « réservoirs » d’où ils sont activement produits dès l’arrêt des thérapies anti-rétrovirales efficaces. Les scientifiques ont identifié et caractérisé un nouveau type de réservoirs dans les macrophages muqueux de patients infectés par le VIH-1. Ils montrent qu’une alarmine, molécule inflammatoire, stimule le réveil de la production virale en modifiant le métabolisme de ces macrophages. Ces résultats, publiés dans la revue Nature communications, pourraient ouvrir la voie à de nouvelles cibles pour l’éradication de l’infection. De nombreuses évidences montrent que les macrophages présents dans les tissus comme les tissus génitaux infectés précocement par le VIH-1 constituent un nouveau type de réservoir, en plus du réservoir bien caractérisé établi dans les lymphocytes T CD4+.

Nouveau VIH : des médecins alertent sur un virus mortel qui pourrait devenir pandémique

Selon Dictissimo – D’après l’équipe de scientifiques, l’artérivirus – déjà endémique chez les singes africains et connu pour être mortel chez ces animaux pourrait se transformer en pandémie s’il ne fait pas rapidement l’objet d’une surveillance accrue. 

Pour le moment, seuls des primates ont été infectés par ce virus issu de la famille des artérivirus simiens et responsable d’épidémies mortelles dans les colonies de singes captifs. Les chercheurs ne savent donc pas encore comment les humains réagiraient au contact de l’artérivirus, bien qu’il ait gagné récemment du terrain. D’après l’équipe de scientifiques, l’artérivirus, à l’image du VIH, serait capable d’attaquer les cellules immunitaires de l’organisme, de désactiver ses principaux mécanismes de défense et de s’installer définitivement dans le corps.