Le virus d’immunodéficience simienne: cet ancêtre du VIH

Image

Jojo Ming

Le virus d’immunodéficience simienne (SIV), également connu sous le nom de simian immunodeficiency virus en anglais, est un virus qui infecte certaines espèces de primates non humains, en particulier les singes et les chimpanzés. Il est étroitement lié au virus de l’immunodéficience humaine (VIH), responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) chez l’homme. Comprendre le SIV est essentiel pour mieux comprendre l’origine et l’évolution du VIH, ainsi que pour le développement de stratégies de prévention et de traitement du VIH.

Le SIV a été découvert pour la première fois chez les primates non humains au début des années 1980, lorsqu’il a été identifié chez des singes verts africains. Depuis lors, plusieurs souches de SIV ont été identifiées chez différentes espèces de primates, notamment les singes mangabeys, les singes macaques et les chimpanzés. Chacune de ces souches de SIV est spécifique à son hôte primaire et ne provoque généralement pas de maladie grave chez ces animaux.

Le SIV est un rétrovirus, ce qui signifie qu’il utilise l’ARN comme matériel génétique et qu’il est capable de s’intégrer dans l’ADN de la cellule hôte. Une fois intégré, le virus peut persister dans le corps de l’hôte pendant de longues périodes. Cependant, contrairement au VIH, le SIV ne provoque généralement pas de maladie grave chez les primates non humains qui en sont porteurs. Les mécanismes sous-jacents de cette résistance naturelle au SIV chez les hôtes non humains sont un sujet de recherche actif et ont des implications importantes pour la compréhension de l’immunité et de la pathogenèse du VIH.

Les chercheurs étudient depuis de nombreuses années le SIV et ses interactions avec les hôtes non humains afin de mieux comprendre la manière dont le VIH est apparu chez l’homme. Cette transition du SIV au VIH, connue sous le nom de saut d’espèce, est un domaine de recherche clé dans le domaine de la virologie et de la santé publique. Dans cet article, nous allons examiner de plus près le SIV, son histoire, sa biologie, ses implications pour la santé humaine, ainsi que les défis et les opportunités qu’il présente pour la recherche médicale.

Histoire de la découverte du SIV

La découverte du SIV a eu lieu au début des années 1980, lorsque des chercheurs étudiaient des singes verts (Cercopithecus aethiops) en Afrique centrale. Ils ont identifié un virus apparenté au VIH chez ces singes et l’ont nommé le virus d’immunodéficience simienne. Cette découverte a éveillé l’intérêt des scientifiques, car elle suggérait que le VIH, responsable du SIDA chez l’homme, pourrait avoir une origine simienne.

Par la suite, d’autres souches de SIV ont été identifiées chez différentes espèces de primates, notamment le SIVsm chez les singes mangabeys, le SIVcpz chez les chimpanzés, et le SIVmac chez les macaques. Ces souches de SIV sont génétiquement distinctes les unes des autres et sont adaptées à leurs hôtes respectifs.

Biologie du SIV

Le SIV partage de nombreuses caractéristiques avec le VIH, en raison de leur parenté évolutive. Comme mentionné précédemment, le SIV est un rétrovirus, ce qui signifie qu’il contient de l’ARN comme matériel génétique et qu’il utilise une enzyme appelée transcriptase inverse pour convertir son ARN en ADN, qui peut ensuite être intégré dans le génome de la cellule hôte. Une fois intégré, le virus peut persister dans le corps de l’hôte pendant de longues périodes.

La réplication du SIV commence par la fixation du virus à des récepteurs situés à la surface des cellules hôtes. Une fois attaché, le virus pénètre dans la cellule et libère son ARN viral dans le cytoplasme de la cellule. L’enzyme transcriptase inverse convertit alors l’ARN viral en ADN viral, qui est inséré dans le génome de la cellule hôte. À partir de là, le virus peut rester latent pendant un certain temps, ou il peut être activé pour commencer à produire de nouvelles particules virales qui seront libérées pour infecter d’autres cellules.

Résistance naturelle au SIV chez les hôtes non humains

L’une des caractéristiques les plus intrigantes du SIV est la résistance naturelle qu’il suscite chez les primates non humains qui en sont porteurs. Contrairement au VIH, qui peut entraîner le développement du SIDA chez l’homme si non traité, les primates porteurs de SIV ne développent généralement pas de maladie grave. Cette observation suggère que les hôtes non humains ont développé des mécanismes de résistance au SIV au fil de l’évolution.

Plusieurs mécanismes de résistance potentiels ont été étudiés, notamment la production d’anticorps neutralisants, la régulation de l’inflammation, et la capacité des cellules CD4+ T (les principales cibles du VIH et du SIV) à éviter l’infection. Chez les chimpanzés, il a été démontré que les cellules CD4+ T présentent des différences structurelles qui les rendent moins sensibles à l’infection par le SIV.

Comprendre ces mécanismes de résistance naturelle au SIV chez les hôtes non humains est important pour la recherche sur le VIH. En identifiant les facteurs qui empêchent la progression de l’infection par le SIV vers le SIDA chez les primates non humains, les chercheurs peuvent obtenir des informations précieuses sur la façon de lutter contre l’infection par le VIH chez l’homme.

Le SIV et l’origine du VIH

Une découverte majeure dans le domaine de la recherche sur le VIH a été la confirmation que le VIH a une origine simienne. En effet, le VIH-1, le virus responsable de la pandémie mondiale de VIH, a été directement lié au SIVcpz, qui infecte les chimpanzés. De même, le VIH-2, une autre variante du VIH, a été associé au SIVsm, qui infecte les singes mangabeys.

Les sauts d’espèce du SIV vers l’homme se sont produits lorsque des individus étaient exposés au sang ou à la chair de primates porteurs de SIV infectés, principalement lors de la chasse, de la boucherie ou de la consommation de viande de brousse. Lorsque le SIV a infecté des individus humains, il a continué à évoluer et à s’adapter à son nouvel hôte, devenant le VIH.

Le VIH-1 est subdivisé en plusieurs groupes, dont le groupe M est le plus répandu à l’échelle mondiale. Chaque groupe M est lié à une souche particulière de SIVcpz trouvée chez les chimpanzés. Par exemple, le VIH-1 groupe M est étroitement lié au SIVcpz de la sous-espèce de chimpanzés Pan troglodytes troglodytes, tandis que le VIH-1 groupe O est lié à une autre sous-espèce de chimpanzés, Pan troglodytes schweinfurthii.

Le saut du SIV vers l’homme a eu lieu plusieurs fois au cours de l’histoire, donnant naissance à différentes variantes du VIH. Les recherches génétiques ont montré que le VIH-1 groupe M, responsable de la pandémie mondiale, est apparu pour la première fois chez l’homme dans les années 1920 en Afrique centrale. Le VIH-2, moins répandu et principalement présent en Afrique de l’Ouest, a une origine similaire, avec des sauts d’espèce du SIVsm aux humains.

Implications pour la santé humaine

La compréhension de l’origine simienne du VIH a des implications importantes pour la santé humaine, en particulier dans le domaine de la prévention et du traitement du VIH. Voici quelques-unes des principales implications :

  1. Développement de vaccins : Comprendre comment les primates non humains résistent naturellement au SIV peut fournir des informations précieuses pour le développement de vaccins contre le VIH. Les chercheurs cherchent à imiter les mécanismes de résistance naturelle chez l’homme pour renforcer le système immunitaire contre le VIH.
  2. Recherche de traitements et de remèdes : La recherche sur le SIV peut également conduire à la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques pour le VIH. La résistance naturelle au SIV chez les hôtes non humains suggère qu’il existe des mécanismes qui pourraient être exploités pour bloquer l’infection par le VIH.
  3. Prévention de la transmission du VIH : Comprendre comment le VIH a été transmis de l’animal à l’homme peut aider à prévenir de futures zoonoses, c’est-à-dire des infections émergentes provenant d’animaux. La sensibilisation à la consommation de viande de brousse et à la manipulation de sang d’animaux infectés est importante pour éviter la transmission du VIH et d’autres maladies.
  4. Surveillance continue : En surveillant les populations de primates porteurs de SIV en Afrique, les chercheurs peuvent détecter les souches virales qui pourraient potentiellement sauter à l’homme. Cela permet une réponse précoce pour éviter de futures émergences de VIH.

Défis de la recherche sur le SIV

La recherche sur le SIV présente également des défis importants. Par exemple, il est difficile d’étudier le SIV en laboratoire en raison de la nécessité de travailler avec des primates non humains. De plus, les souches de SIV varient considérablement d’une espèce de singe à l’autre, ce qui complique la recherche sur la biologie et l’immunologie du virus.

Un autre défi majeur réside dans la mise au point de modèles animaux pour étudier le VIH et développer des vaccins et des traitements. Les singes macaques infectés par le SIV sont souvent utilisés comme modèles, mais ils ne reflètent pas complètement la situation chez l’homme en ce qui concerne la progression de la maladie et la réponse immunitaire.