Magic Johnson : «Il faut arrêter de discriminer les homosexuels»

Le Parisien

Magic Johnson n’en avait jamais parlé, mais il réagit au coming out de son fils Earvin Johnson III. Il y a quelques jours, ce dernier s’est promené main dans la main sur Sunset boulevard avec son petit ami. Par cet acte, il a provoqué la fierté de son père. «Cookie (mon épouse)  et moi aimons EJ et nous le soutenons de toutes les façons» a déclaré le basketteur retraité de 53 ans au site américain TMZ.

Il a ajouté : «Nous sommes très fiers de lui».

VIDEO. Le fils de Magic Johnson, sur Sunset Boulevard, avec son petit ami
et son sac à main

Pour marquer le coup, l’ex-légende de la NBA a accordé un long entretien vidéo au site people américain. Le businessman Magic Johnson, qui donne des sommes considérables pour soutenir la communauté noire, souhaite passer un message de tolérance. «Nous savions depuis longtemps que notre fils était gay», raconte-t-il à TMZ. «Il avait environ 13 ou 14 ans… et je lui ai posé franchement la question. Il redoutait ma réaction, au vu de ma position dans le monde du sport. Mais je l’ai rassuré en lui affirmant que rien n’allait changer et que je l’aimerais toujours».

«Je suis un protecteur»

Face aux réactions de haine, le sportif répond. «La communauté noire reste très religieuse, mais il faut s’ouvrir. On est au 21e siècle, en 2013 ! Il faut arrêter de discriminer les jeunes noirs homosexuels. Beaucoup rêvent de dévoiler leur véritable sexualité à leurs parents, à leurs amis, mais ils ne peuvent pas le faire. Alors si vous avez besoin de quelqu’un, ma porte sera toujours ouverte ! » déclare Magic. «Je suis un protecteur. C’est ma nature» rappelle-t-il en riant.

Tout au long de l’interview, le géant rappelle combien ce message est important pour lui, car il voudrait aider à éduquer le public. «C’est un grand moment pour ma famille et plus merveilleux encore pour mon fils. Il est redevenu le garçon pétillant qu’il était. Je le soutiens à un million de pour cent» s’enflamme la star. Sur internet, les commentaires se multiplient. On compte des réactions de haine, mais aussi beaucoup de messages d’admiration.