MESURER LA DOULEUR DU CHAT

Selon: Virginie Soffer / Salle de presse de l’Université de Montréal

Comment se porte votre chat? Une application conçue par le Dr Paulo Steagall, professeur d’anesthésie et de gestion de la douleur au Département de sciences cliniques de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, et la Dre Beatriz Monteiro, conseillère en recherche nature et vie, permet de rendre compte du niveau de douleur de votre chat.

Une échelle de la douleur (Feline Grimace Scale©) chez les chats a été mise au point à la Faculté de médecine vétérinaire. Grâce à des subventions de la compagnie Zoetis et avec la collaboration de l’entreprise québécoise Vertisoft, Paulo Steagall et Beatriz Monteiro ont conçu une application mobile disponible gratuitement sur Android et iOS et dans trois langues (français, anglais et espagnol) pour évaluer la douleur chez le chat.

«L’application a été créée pour une analyse rapide, fiable et facile d’utilisation par le grand public et par les vétérinaires», explique le Dr Steagall. Dans le confort de son foyer, un propriétaire de chat peut ainsi savoir si son animal ressent de la douleur. Pour cela, il lui suffit d’observer son chat à distance lorsqu’il est éveillé et tranquille. Il note cinq critères: la position des oreilles, l’ouverture des yeux, la tension du museau, la position des mous-taches et celle de la tête. En fonction des réponses données, l’application indique si le chat souffre ou non.

Quant aux vétérinaires, puisque l’outil leur révèle le degré de douleur ressenti par le chat, il leur permet notamment de déterminer s’ils doivent administrer un analgésique.

On demande souvent si l’outil ne pourrait pas être utilisé pour les chiens. Mais les différences anatomiques entre les races de chiens (que ce soit la taille, les formes de museaux ou d’oreilles, etc.) sont telles qu’il serait difficile de concevoir une échelle de la douleur chez les chiens et d’en proposer ensuite une application. Par contre, dans le cas de l’échelle des grimaces de chat, l’intelligence artificielle sera prochainement mise à contribution pour des développements futurs dans le laboratoire de Paulo Steagall.