À Montréal, la Ville fait ce qu’elle veut, quand elle le veut!

Par: Roger-Luc Chayer, éditeur de Gay Globe Média

Le 1er novembre 2010, à 11h, je reviens à la maison par hasard après avoir dégusté un petit café chez McDo et être allé à la poste et je vois avec surprise que des cols bleus de la Ville de Montréal, attachés à l’arrondissement Rosemont, prennent une pause bien méritée après qu’un charmant arbre ait été planté… Sur le terrain chez moi! (Voir la photo plus bas).

Je me suis arrêté devant chez moi, sans même prendre le temps de stationner pour demander ce que signifiait cette plantation d’arbre et le personnel, très sympathique d’ailleurs malgré tout, m’a informé qu’il avait l’ordre de planter 5 arbres sur la rue et que mon adresse avait été sélectionnée. Oui, pourquoi pas, des arbres en grande quantité en ville pour combattre la pollution ce n’est pas une mauvaise idée en soi mais j’ai insisté sur la façon de faire de la Ville. Est-ce qu’il n’aurait pas été normal de demander avant de trouer le terrain de gens, est-ce que la permission des propriétaires était requise pour trouer ainsi le terrain des gens? Surtout que le terrain chez moi est très étroit et ne propose que quelques pieds de gazon…

On m’a répondu que la ville avait fait les vérifications et que j’avais autorisé ce plantage. Ah bon? Laissez-moi vous dire que je n’ai jamais été ni consulté et n’ai encore moins autorisé qu’un arbre soit planté sur le terrain, on manque déjà de place…

Le personnel col bleu de la Ville a été très courtois et a même mesuré le droit de passage de la Ville pour conclure que le trou enpiétait de deux pieds sur la propirété, ce qui était « très juste » selon le contremaître. Par quel espèce de droit est-ce que la Ville de Montréal peut ainsi venir creuser un trou avec une grue et planter ce qu’elle veut sur la propriété des gens? Selon un fonctionnaire au 3-1-1, la ville n’avait pas le droit d’utiliser une partie du terrain privé et doit maintenant réparer. Or, personne à la ville ne semble vouloir venir estimer tout ça. Nous voilà donc avec un énorme trou de boue devant la porte. Mourial est en déclin, quand l’égo de son maire n’a plus de limite, ça donne ça…

Ah j’oubliais, le personnel col bleu, devant l’énormité de l’acte et malgré les consignes du fonctionnaire supérieur, a décidé de revenir et de retirer l’arbre du trou. Les réparations elle devront attendre car ils ne peuvent rien y faire…