DIVERSITÉ SEXUELLE ET DE GENRE DANS LA CULTURE ARABE

Couverture

LIRE LE DOCUMENT ENTIER ICI

Par Safa Ben Saad

Loin de la trame narrative contemporaine voulant que la rigueur religieuse et le conservatisme

moral soient l’apanage d’une société musulmane puritaine et conservatrice, la diversité sexuelle

et de genre (ci-après DSG) est une partie intégrante de l’histoire de cette société et de son

héritage culturel. Particulièrement, le adab (littérature) parvient au lecteur contemporain riche

d’informations à la fois comme un lieu de libération, voire de transgression et d’hérésie et

un véhicule de « sortie de placard » pour les personnes issues de la DSG. Ainsi, la littérature,

conjuguée à la rigueur de l’étude historique, permet d’informer sur différentes époques de

l’histoire arabo-musulmane (préislamique, les premières années de l’islam, la période médiévale,

prémoderne et moderne). Elle permet, conséquemment, de comprendre la progression de

l’acceptation sociale, qui va de la tolérance au tabou, voire à la persécution. En effet, les sociétés

arabo-musulmanes ont toléré l’homosexualité jusqu’au 19e siècle. Capturé en Algérie en 1678,

un jeune anglais rapporte à son retour : « Ce péché abominable de sodomie est si loin d’être

châtié chez eux que se vanter de ce genre de détestables agissements fait partie de leurs

conversations habituelles. Il est aussi courant ici pour les hommes de tomber amoureux de

garçons que ça l’est en Angleterre d’être amoureux d’une femme. »