LA MINUSCULE FOURMI PHARAON

Photo

MBM Gestion Parasitaire

La fourmi pharaon (Monomorium pharaonis) est originaire des régions tropicales et probablement de l’Afrique, mais serait aujourd’hui introduite partout dans le monde via le commerce international. Cette petite fourmi mesure en moyenne deux millimètres de long et peut vivre de quatre à douze mois pour la reine et de trois à cinq semaines pour les mâles. 

On reconnaît cet insecte à sa coloration jaune pâle à brun, un abdomen plus foncé et deux bosses sur leur pétiole (portion rétrécie de l’abdomen qui marque la séparation entre le thorax et l’abdomen). Ses origines l’obligent au Québec à vivre dans des bâtiments chauffés l’hiver. 

À nos latitudes, ces fourmis ne forment pas à proprement dit des fourmilières, mais plutôt des nids dans nos édifices où elles peuvent vivre jusqu’à 300 000 et contenir plusieurs reines. 

Lorsque le nid de cet insecte dépasse un certain nombre de fourmis ou lorsque les conditions générales sont défavorables, certaines ouvrières iront créer des nids satellites afin de se fractionner pour former un nouveau site de nidification à proximité de meilleures conditions. Un œuf de fourmi pharaon peut devenir un adulte en plus ou moins 38 jours pour une ouvrière et jusqu’à 42 jours pour une reine ou un mâle, dans le cas où les bonnes conditions de température (27-30 degrés Celsius), d’humidité (80%) et d’alimentation suffisent (eau, aliments sucré et gras, pucerons et autres petits insectes). La reine produira de 10 à 12 œufs à la fois et pourra cumuler un total de 400 œufs durant toute sa vie. Lorsque fertilisés, ils donneront des femelles, soit des ouvrières ou soit des reines (généralement déterminées par le régime alimentaire durant le stade larvaire) tandis que ceux non fertilisés donneront des mâles.

La fourmi pharaon est un insecte ravageur ayant un impact économique important partout dans le monde. Son habileté à survivre à l’intérieur des bâtiments lui est possible grâce à sa capacité à pénétrer à travers presque tout. Sa présence dans de nombreux hôpitaux apporte des complications importantes dues à son potentiel à transmettre plusieurs pathogènes dont Salmonella spp., Staphy-lococcus spp. et Streptococcus spp.

Pour prévenir une infestation, il faut contrôler les trois besoins primaires de cet insecte, soit la nourriture, l’eau et un abri. Conserver vos aliments et ceux de vos animaux dans des contenants hermétiques est nécessaire ainsi que bien gérer vos déchets (poubelles, composte et même recyclage) en les gardant les plus propres et les moins accessibles tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

La nourriture des animaux peut être laissée au sol, mais une barrière devra être installée pour la rendre inaccessible, par exemple, en déposant le bol dans un contenant d’eau savonneuse. Les plantes peuvent facilement attirer les fourmis pharaons compte tenu des pucerons qu’elles peuvent avoir et du haut taux de sucre de leur sève. Une bonne méthode pour les garder loin de vos plantes est d’y apposer un ruban adhésif double face sur tout le contour.

Finalement, un conseil de base pouvant s’appliquer à tous les envahisseurs est de calfeutrer toutes fissures, fenêtres, et trous pouvant laisser entrer des insectes pour les garder loin de vos logements et éviter qu’ils trouvent un abri.