L’Abbé Pierre avoue

De nombreux universitaires, de dirigeants politiques ou dʼorga-
nisations de base expriment cette opinion, de même que les femmes
dans la rue. Au vue de cette transformation et de cette compréhension,
on peut vraiment dire que «la Révolution est une école de réflexion sans
entraves».
Le blocus des Etats-Unis est la première cause des souffrances des homo-
sexuels. Le manque de ressources empêche lʼamélioration du niveau de
vie à laquelle aspirent les gays et tous les Cubains (et quʼils méritent). La
rareté des lieux de rencontre publics et privés pose un problème majeur
pour les gays, comme on peut lʼimaginer. Les offres dʼemploi dans les
filières recherchées sont rares. La fin du blocus permettrait une amélio-
ration de lʼemploi et des salaires, mettant fin à une certaine tendance des
gays et lesbiennes à tourner autour de la prostitution pour améliorer leur
revenus, ou à quitter le pays pour les mêmes raisons. Comme leurs collè-
gues hétéros, les homos Cubains veulent avoir les moyens financiers pour
voyager, renouveler leur garde-robe, avoir plus de transports publics et
privés, et des logements plus spacieux.
Dʼaprès nous, dans les 10 ans qui viennent, Cuba deviendra le leader
mondial de la dignité et de lʼégalité des gays dans monde. Nous croyons
que la plus grande solidarité que nous puissions offrir est dʼaider à la le-
vée du blocus. Nous avons beaucoup à apprendre de nos frères et soeurs
Cubains, y compris sur la supériorité de leur système économique et
social. La Révolution socialiste a garanti des conditions de sécurité et
de dignité pour les travailleurs et particulièrement pour les femmes : des
conditions dont rêvent et luttent encore les Américains du Nord. Elle a
jeté les bases dʼun changement social progressiste et une liberté de pen-
sée. Malheureusement, M. Schnabel et toute lʼéquipe «dʼAvant la Nuit»
sont plutôt des obstacles sur le chemin de la liberté des homo©http://vdedaj.club.fr/cuba/index.html
Lʼabbé Pierre dit avoir eu des relations sexuelles. Il lʼavoue
dans un livre et conteste le célibat des prêtres …
PARIS Lʼabbé Pierre, lʼhomme le plus populaire de France avec le
footballeur Zinédine Zidane, avoue dans un livre avoir eu des relations
sexuelles, conteste le célibat des prêtres, prône lʼordination des femmes
et évoque lʼhomosexualité et lʼhomoparentalité. Lʼouvrage de cette figure
emblématique du combat pour les pauvres, intitulé Mon Dieu… pour-
quoi?, et paru jeudi, pourrait ne pas être du goût de Rome.
Pour lʼabbé Pierre, 93 ans, consacrer sa vie à Dieu «nʼenlève rien à la
force du désir, et il mʼest arrivé dʼy céder de manière passagère. Mais
je nʼai jamais eu de liaison régulière car je nʼai pas laissé le désir sexuel
prendre racine. Cela mʼaurait conduit à vivre une relation durable avec
une femme, ce qui était contraire à mon choix de vie», confesse lʼabbé
dans ce livre écrit avec le sociologue Frédéric Lenoir.
Lʼabbé Pierre, qui avait déjà reconnu dans le passé avoir connu une lon-
gue passion platonique pour un choriste, dit dans son livre connaître des
prêtres vivant en concubinage avec une femme. «Ils continuent dʼêtre de
bons prêtres», relève le curé, fondateur de la communauté dʼEmmaüs,
composée dʼassociations venant en aide aux démunis et qui a essaimé à
travers le monde.
Selon lui, le célibat des prêtres ne devrait plus être obligatoire. Dans son
livre, il se redit favorable à lʼordination des femmes, expliquant nʼavoir en-
core entendu aucun «argument théologique décisif qui démontre que lʼac-
cès des femmes au sacerdoce serait contraire à la foi». Lʼabbé Pierre «com-
prend» par ailleurs «le désir sincère de nombreux couples homosexuels de
faire reconnaître leur amour par la société». Il suggère néanmoins de parler
dʼ«alliance» homosexuelle plutôt que de «mariage» homosexuel, une ex-
pression qui «créerait un traumatisme et une déstabilisation sociale forte».